/news/politics

Montée de l’extrême droite

Le débat identitaire exacerbe la crainte de l’Autre, dit Couillard

Patrick Bellerose - Agence QMI

caucus liberal

Simon Clark/Agence QMI

La montée de l’extrême droite au Québec s’explique notamment par le débat identitaire qui secoue la société québécoise depuis une dizaine d’années, affirme Philippe Couillard dans une entrevue sur le premier anniversaire de l’attentat contre la mosquée de Québec.

Le 29 janvier 2017, un tireur faisait irruption dans la mosquée de Québec, faisant six morts et cinq blessés. Depuis, des groupes tels La Meute ont défilé ouvertement dans les rues de la Capitale-Nationale et les crimes haineux répertoriés par les services de police sont en hausse tant à Québec qu’à Montréal.

Si le phénomène n’est «pas unique au Québec», des facteurs expliquent pourquoi le reste du Canada n’est pas secoué par ces manifestations de l’extrême droite, affirme le premier ministre en déplacement en Chine pour une mission économique.

«Je pense qu’on a chez nous un sentiment un peu exacerbé – et c’est toujours un débat important et passionné – sur la question de l’identité. Toutes ces questions-là ont un niveau d’intensité, je dirais, au Québec qui est peut-être plus élevé», estime Philippe Couillard.

Polarisation

«Mais le Québec n’est pas une société plus raciste ou plus exclusive que d’autres, précise-t-il. On fait face aux mêmes défis que toutes les sociétés qui ont à gérer la diversité. [...] C’est malheureusement le résultat des grandes polarisations qu’on voit dans nos sociétés : la polarisation économique, avec les inégalités ; la polarisation géographique, entre les régions urbaines et les autres régions ; et la polarisation identitaire où chacun se réfugie dans son coin et craint l’autre.»

Malgré cela, Philippe Couillard souligne la «manifestation très rapide et spontanée de solidarité des Québécois» envers la communauté musulmane immédiatement après les attentats. «Quand les gens me disent que le Québec n’est pas une société ouverte et tolérante, je me souviens des milliers de personnes dans la rue qui venaient manifester quelques jours plus tard leur solidarité», rappelle-t-il.

Terrorisme et crime haineux

Alors que Philippe Couillard avait qualifié l’attentat d’acte terroriste le soir même de l’événement, ce chef d’accusation n’a pas été retenu contre le présumé meurtrier.

Le premier ministre affirme qu’il faut faire une distinction entre les définitions «purement légale et sémantique». «Ça ne correspond pas, selon le Code criminel, à la définition d’un acte terroriste, mais un acte destiné à frapper particulièrement une seule communauté comporte un élément terroriste», insiste-t-il.

 

Dans la même catégorie