/news/law

Impôts impayés

Le fisc veut saisir la collection de l’ex-dg du Cosmodôme

Michaël Nguyen | Agence QMI

archives, Agence QMI

L’ancien directeur général du Cosmodôme de Laval pourrait devoir se départir de ses maquettes de fusées et même de son droïde miniature R2D2, que le fisc veut vendre en raison d’impôts impayés.

«[Sylvain Bélair] a jusqu’à ce jour négligé ou refusé de délaisser volontairement les biens », a affirmé l’Agence du revenu du Québec, dans une poursuite civile déposée au palais de justice de Montréal.

Bélair, 51 ans, purge présentement une peine de trois ans de pénitencier, pour avoir orchestré une vaste fraude pyramidale. Entre 2006 et 2009, 46 personnes ont perdu 1,45 million $ à cause de son stratagème à la Ponzi.

En plus de la peine d’incarcération, Bélair avait aussi écopé d’une amende d’environ 1,5 million $.

Vaste collection

Incarcéré au Centre fédéral de formation à Laval, le directeur général déchu a choisi de déclarer faillite, peut-on lire dans le document de cour obtenu par «Le Journal de Montréal». Mais malgré tout, il refuse de se départir de ses maquettes de fusées et d’autres objets de collection.

Dans la liste dressée par le fisc, on retrouve ainsi une radio antique de marque Marconi, un télescope et un scaphandre lunaire. Bélair possède aussi des cadres montrant l’équipe de la mission lunaire Apollo 11, qui a marché sur la lune pour la première fois en 1969.

Bélair ne veut pas non plus se départir de sa réplique miniature du célèbre droïde R2D2, de la série Star Wars.

La liste est complétée par 19 maquettes de fusées, comme celle de la navette spatiale Discovery ou encore une autre répliquant la fusée soviétique N1.

Tous ces objets, si la cour en autorise la saisie, seraient vendus aux enchères afin qu’il s’acquitte de sa dette de 434 739 $.

«Il y a absence de cause valable d’opposition», a indiqué l’Agence du revenu du Québec dans sa demande à la cour.

À moins que Bélair ne finisse par accepter la saisie de ses biens, l’affaire devrait être entendue prochainement, devant un juge de la Cour supérieure du Québec.