/regional/montreal/montreal

Hôpital pédiatrique

Des parents dénoncent la fusion du CHU Sainte-Justine et du CHUM

Cassandre Forcier-Martin | TVA Nouvelles

Des parents d'enfants malades fréquentant le CHU Sainte-Justine s'opposent au regroupement de l'hôpital pédiatrique et du CHUM.

Ces parents, issus de 11 associations venant en aide aux enfants malades et à leurs familles, s'inquiètent de voir la qualité des services médicaux se détériorer dans les prochaines années à cause de ce regroupement.

Dans une déclaration commune signée mardi à l'hôpital Sainte-Justine, ces associations ont réclamé le retour de la pleine autonomie de l'administration, laquelle a été fusionnée depuis 2015 à celle du CHUM.

Anik Larose a pris la parole à titre de directrice générale de L'Association du Québec pour l'intégration sociale, mais également comme maman d'une fille trisomique qui a souffert de Leucémie.

«Lorsqu'on soigne un enfant avec des conditions particulières, c'est certain qu'il y a un aspect de santé, mais il y a aussi toute sa famille également en arrière. Ses parents, sa mère, qui doit être soutenue. À Sainte-Justine on prend le temps de le faire», explique madame Larose.

Les voix s'élèvent

Elles sont au total 11 associations de parents et de patients qui ont exprimé leur inquiétude et démontré leur soutien au CHU Sainte-Justine qui réclame son indépendance.

«Pour nous, ce regroupement est incohérent», lance Marie-Josée Richard, la directrice générale secteur Montréal régional de l'Association du Québec pour enfants avec problèmes auditifs.

«Les familles que notre organisme représente nomment Sainte-Justine comme leur deuxième maison», souligne Nathalie Richard, la fondatrice et directrice générale de L'étoile de Pacho - Réseau d'entraide pour parents d'enfants handicapés.

Des actions depuis 2015

Depuis que l'hôpital pédiatrique a vu son conseil d'administration et sa direction générale être fusionnés à ceux du CHUM en septembre 2015, les mouvements et les prises de paroles se multiplient. Les professionnels du milieu médical dénoncent la décision du gouvernement.

Les préoccupations quant à dilution des services dans une administration trop importante s'aggravent.

Les infirmières et infirmiers, infirmières et infirmiers auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes du CHU Sainte-Justine sont opposés à 92 pour cent au regroupement avec le CHUM selon un sondage CROP réalisé auprès d'eux au cours des derniers jours.

Le 28 août dernier, c'était 77 pour cent des membres actifs du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP), dont 80 pour cent des médecins, qui demandaient au gouvernement de mettre fin au regroupement.

Réponse du ministre

Le Cabinet du ministre de la Santé Gaétan Barrette a répondu à TVA Nouvelles par courriel : « Le regroupement administratif du CHUM et de Sainte-Justine a été fait dans l'objectif d'assurer un continuum de soins entre l'enfance et l'âge adulte. Ceci dit, ce regroupement administratif n'empêche en rien chacun des établissements de rayonner et d'avoir leur identité propre.»

La sortie publique s'est terminée la signature d'une déclaration commune qui sera transférée, au cours des prochains jours, au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, au cabinet du ministre de la Santé, Gaétan Barrette et à tous les députés de l'Assemblée nationale.

- Avec la collaboration de Nadia Lemieux

Dans la même catégorie