/news/politics

Gouvernement Couillard

Une annonce «dans les prochaines semaines» sur la mobilité à Québec

Patrick Bellerose | Agence QMI

GEN-HOMMAGE À EMMETT JOHNS

Dario Ayala / Agence QMI

Le gouvernement Couillard mise entre autres sur le transport collectif pour se démarquer de la CAQ dans la bataille qui s'annonce pour la région la Capitale-Nationale lors des élections de 2018.

«On va beaucoup s'occuper à Québec de la question de la mobilité. Je pense qu'on aura des choses à dire là-dessus au cours des prochaines semaines, avec le maire Labeaume», a déclaré le premier ministre Philippe Couillard jeudi lorsque questionné sur les moyens qu’il entend prendre pour se démarquer des troupes de François Legault en vue du scrutin d’octobre prochain.

«On est en discussion avec la Ville de Québec», a ajouté Philippe Couillard, qui mène présentement une mission économique en Chine.

Ainsi, la population connaîtra la position du gouvernement avant les élections générales prévues l’automne prochain, assure le premier ministre. L’annonce aura-t-elle lieu avant le dépôt du prochain budget de son gouvernement ce printemps? «Ça, c’est un peu trop précis comme question», réplique-t-il avec un sourire en coin.

La CAQ domine dans les intentions de vote dans la région de la Capitale-Nationale, tandis que plusieurs députés libéraux de la région hésitent présentement à se porter candidats aux élections de 2018.

Transport collectif VS 3e lien

Pour Philippe Couillard, il ne fait aucun doute que la Capitale-Nationale doit être dotée d’un système de transport collectif structurant. «Québec, compte tenu de sa population et de son statut de capitale, à mon avis, n'a pas un réseau de transport collectif proportionnel à ce qu'elle est, estime le premier ministre. Il faut travailler là-dessus.»

Pour sa part, la CAQ mise plutôt sur la réalisation du troisième lien pour séduire l’électorat de la Capitale-Nationale. Mercredi, son chef, François Legault, a assuré que ce projet de pont ou tunnel devant relier Québec à la Rive-Sud serait achevé en grande partie au cours d’un premier mandat caquiste.

Tout comme le maire Régis Labeaume, Philippe Couillard doute de l’échéancier avancé par son adversaire politique. «Nous aussi, on est pour le troisième lien, mais c’est un projet compliqué, de plusieurs façons, souligne le premier ministre. Il va falloir qu’il nous explique comment il va faire, en dedans de quatre ans, pour l’avoir complètement réalisé. Ça me paraît douteux.»

«Mais, ce n’est pas la première fois que monsieur Legault fait des annonces un peu à peu près», lance-t-il.

Dans la même catégorie