/news/techno

Plateformes de divertissement

Les Québécois investissent de plus en plus de temps en ligne

Agence QMI

ART-SÉRIE VICTOR LESSARD

COURTOISIE

La popularité des plateformes payantes comme Club illico, Extra Tou.tv et autres Netflix de ce monde ne se dément pas, au contraire. En 2017, 48% des foyers québécois étaient abonnés à l’une ou l’autre d’entre elles, voire à plus d’une, une augmentation appréciable de 12 points de pourcentage en un an.

C’est ce qu’a révélé vendredi le Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations (CEFRIO) au moment de dévoiler le volet Divertissement en ligne de son enquête NETendances 2017.

Ces adultes abonnés à des plateformes de divertissement payantes ont passé en moyenne 4,6 heures par semaine à visionner leurs productions favorites.

Ainsi, on apprend que près de huit adultes sur dix au Québec, soit 78%, ont visionné du contenu vidéo sur la toile l’an dernier. Ils y ont consacré en moyenne 3,7 heures par semaine à ces plateformes gratuites, dont la plus notoire demeure YouTube.

Le pourcentage d’adultes qui a regardé ou téléchargé des contenus payants a bondi de 11% de 2016 à 2017, pour atteindre 33%.

Ce sont les 18-34 ans qui ont le plus embrassé les contenus en ligne, qu’ils soient payants ou non, 56% de cette tranche d’âge visionnant des contenus sur internet.

Et les dépenses dans tout ça, suivent-elles la même courbe de croissance? Il semble bien que oui, alors que l’an dernier les adultes qui ont payé pour se divertir, 57% en moyenne ont déboursé de 10$ à 49$ par mois. L’année précédente, ce pourcentage n’était que de 38% des adultes.

La musique en continu gagne aussi des adeptes, 37% des adultes québécois étant abonnés à des plateformes comme Spotify, Deezer ou Google Play. C’est huit points de pourcentage de plus que 12 mois auparavant. Les 18-24 sont plus nombreux que tous les autres groupes d’âge à s’abonner à ces plateformes payantes et à télécharger des chansons. Parlant de téléchargement, 60% des jeunes adultes ont téléchargé de la musique sur internet en 2017, contre 33% pour l’ensemble des gens âgés de 18 ans et plus.

Soixante-dix pour cent des internautes de la Belle Province qui écoutent de la musique en continu consacrent plus d’une heure par jour, en moyenne, à cette activité, soit 27% de plus que l’an dernier.

Sur leur mobile, les Québécois sont friands de visionner des vidéos, des webséries, des séries, des films ou des webradios (32%), de jeu en ligne (22%), de télévision en direct (19%) et de lecture ou écoute de livres numériques (10%).

Enfin, 40% des adultes ont consacré du temps à des jeux en ligne en 2017. Les jeux sur les sites de réseautage, comme «Farmville», «Candy Crush Saga» ou «SimCity BuildIt» amusent de plus en plus de gens, de 13% qu’ils étaient en 2015, ils sont maintenant 18% des adultes à jouer en ligne. Encore là, ce sont les 18-24 ans qui sont les plus branchés sur les jeux en ligne, qu’ils soient pratiqués sur console ou ordinateur (46%) ou sur les sites de jeux (24%).

«Tout comme le démontre notre récente enquête sur le visionnement connecté chez les 12-25 ans, les jeunes adultes sont de grands consommateurs de divertissement en ligne, qu'il soit gratuit ou payant», a expliqué Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO.

Dans la même catégorie