/news/law

Palais de justice de Trois-Rivières

Une victime de fraude «grands-parents» se confie

TVA Nouvelles

Deux jeunes hommes qui ont plaidé coupables d'avoir fraudé des personnes âgées étaient de retour en cour au palais de justice de Trois-Rivières aujourd'hui.

La Couronne réclame 18 mois de prison ferme pour Alexandre Dubé et Sébastien-David Perrez-Sauvé. Les deux hommes dans la vingtaine ont agi comme collecteurs dans ce qu'on appelle des fraudes «grands-parents». Ils ont participé à 9 fraudes pour plus de 50 000 $ et ont fait des victimes un peu partout au Québec.

Et c'est une famille de Trois-Rivières qui a permis de mettre un terme à ce stratagème. Une dame âgée qui s'est fait arnaquer pour 7000$. La victime s'est confiée à TVA Nouvelles.

Simone Leblanc est l'une des nombreuses femmes ciblées par des fraudeurs sans scrupules.

«Ils se sont fait passer pour un de mes fils et étant donné que c'était tellement bien monté, j'ai embarqué dans leur histoire», raconte la dame.

Au téléphone, le fraudeur affirmait avoir besoin de 5000$ pour sortir de prison après avoir échoué l'ivressomètre.

Alexandre Dubé et Sébastien-David Perez-Sauvé se présentaient ensuite au domicile de la victime pour récupérer l'argent. Au total, ils ont réussi à soutirer des sommes de 5600$, 14 000 et 19 000 dollars auprès de victimes âgées entre 67 à 90 ans. Au total, ils ont dérobé plus de 50 000$ à une dizaine de victimes.

Rita et Simone étaient deux prénoms ciblés par les malfaiteurs. «À l'époque, on ne savait pas que c'était vraiment au hasard, qu'ils y allaient en cherchant des noms dans l'annuaire ou quoi que ce soit», explique Carl Grondin, le fils de la victime.

La Couronne propose une peine de 18 mois de prison, la défense suggère plutôt des travaux communautaires et une peine discontinue, soit la prison de fin de semaine.

Le cerveau de l'opération, Steven Devantro, a écopé de 6 ans de pénitencier. La peine de ses deux complices tombera dans quelques semaines.

«Soyez très vigilant et les petits-enfants et les enfants, s'ils ont besoin de papa et maman, ils vont le faire eux autres mêmes, pas par téléphone, par fraude», prévient Mme Leblanc.