/finance/homepage

Droits compensatoires annulés

«Victoire» pour Bombardier, qui considère le dossier clos

TVA Nouvelles et Agence QMI

Bombardier a salué une «victoire pour l’innovation, la concurrence et la primauté du droit», après l'annulation d'une surtaxe de près de 300 % sur la vente de ses avions de la CSeries.

À LIRE ÉGALEMENT: La surtaxe de près de 300% contre Bombardier annulée

En point de presse, Olivier Marcil, vice-président aux relations externes chez Bombardier, a salué le «travail de fond» effectué par la Commission du commerce international (ITC) des États-Unis.

«Nous avons toujours cru que nous avions raison, que nos arguments étaient les bons», a précisé Monsieur Marcil. Il a ajouté que Bombardier considère le dossier clos et entend se concentrer sur le développement du CSeries avec son partenaire Airbus.

«La décision d’aujourd’hui est une victoire pour l’innovation, la concurrence et la primauté du droit. C’est aussi une victoire pour les compagnies aériennes américaines et le public voyageur des États-Unis. [...] Leur développement et leur production représentent des milliers d’emplois aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni», avait d'abord réagi l’entreprise par communiqué.

Boeing a également réagi à cette décision surprise.

«Nous sommes déçus que la Commission n'ait pas reconnu les dommages subis par Boeing à cause des milliards de dollars de subventions gouvernementales illégales que Bombardier a reçues et utilisées pour larguer des avions sur le marché américain des avions-monocouloirs. Ces violations ont nui à l'industrie aérospatiale américaine et nous subissons tous les jours les effets de ces pratiques commerciales injustes sur le marché», a indiqué un porte-parole dans un courriel.

«Nous ne resterons pas là, car les pratiques commerciales illégales de Bombardier continuent de nuire aux travailleurs américains et à l'industrie aérospatiale qu'ils soutiennent. Le commerce mondial ne fonctionne que si tout le monde adhère aux règles que nous avons toutes acceptées. C'est une croyance que nous continuerons à défendre.»

Le groupe de Chicago ne dit cependant pas s'il va faire appel de la décision de l'USITC

Dans la même catégorie