/finance/homepage

Négociations de l'ALENA

Québec réaffirme ses demandes à un influent comité du Congrès américain

Axel Marchand-Lamothe - Agence QMI

Des représentants du gouvernement québécois ont réaffirmé l’importance de certains enjeux à un influent comité du Congrés américain qu’ils rencontraient pour la première fois dimanche, en marge de la sixième ronde des négociations de l’ALÉNA à Montréal.

« Nous avons mis de manière très claire que la question de la gestion de l’offre était fondamentale et que, pour nous, il ne faut surtout pas [changer ce système] », a rappelé la ministre de l’Économie Dominique Anglade à la sortie de la rencontre.

La mobilité aux frontières et la question de l’exception culturelle ont aussi fait partie des discussions.

« Ce qui est très intéressant de constater, c’est à quel point ils étaient derrière l’ALÉNA », a ajouté Mme Anglade.

C’était la première fois depuis le début des rencontres pour le renouvellement de l’Accord de libre-échange nord-américain que le comité bipartisan « Ways and Means » se déplaçait pour les négociations.

Les dix représentants du Congrès américain sont notamment responsables de faire des recommandations à leurs collègues en matière de taxation et de commerce.

Les ministres Christine St-Pierre aux Relations internationales et Dominique Anglade à l’Économie ainsi que le négociateur en chef du gouvernement, Raymond Bachand ont pu s’entretenir en tête-à-tête avec les influents élus en matinée.

« Nous avons aussi répété l’importance de l’ALÉNA pour les Américains, ce sont 9 millions d’emplois [pour eux], a poursuivi la ministre St-Pierre. C’est bon pour nos intérêts à nous, et pour leurs intérêts à eux. »

« C’est un comité extrêmement important dans la négociation sur l’ALÉNA étant donné que toutes les décisions doivent passer par eux », a énoncé Dominique Anglade.

Selon M. Bachand, les pourparlers entre le Canada, le Mexique et les États-Unis avancent, lentement, mais sûrement.

« On verra demain avec la visite de l’ambassadeur des États-Unis [Robert] Lighthizer. C’est lui qui va donner la réponse américaine. Il y a beaucoup de progrès sur le plan technique », a-t-il déclaré.

D’autres rencontres parallèles sont prévues par les représentants du gouvernement lors de la prochaine ronde de négociation à Mexico à la fin du mois prochain.

D’ici là, le premier ministre Philippe Couillard doit également se rendre à Washington pour la rencontre des gouverneurs américains en février.

Dans la même catégorie