/news/politics

Tuerie de la mosquée de Québec

Les politiciens rendent hommage aux victimes

TVA Nouvelles

Un an après la tuerie de la mosquée de Québec, l’hommage aux victimes a réuni plusieurs politiciens.

Justin Trudeau a été le premier à prendre la parole et il s'est montré plutôt cinglant envers La Meute.

«C’est facile de condamner le racisme, l’intolérance, des discriminations contre la communauté musulmane. On sait c’est qui les racistes, c'est l'autre, c'est les nonos qui se promènent avec des pattes de chien sur le t-shirt.»

Le premier ministre est également revenu sur la réflexion qui dure depuis un an.

«On est unis dans une réflexion de comment, comment on va continuer de construire une société ouverte, généreuse, respectueuse de nos différences, qui célèbre nos différences. Cette réflexion continue.»

Refuser le racisme

Le premier ministre de la province a expliqué que le 29 janvier 2017, le Québec a vu la tragédie, l'horreur se produire sous nos yeux. Mais il dit que vous avons également été témoins d'une solidarité sans précédent alors que des milliers de personnes sont sorties pour dire non au racisme.

«Dire non au racisme sous toutes ses formes, non à l'exclusion, non à la violence, oui à l'union, oui à l'amitié, oui à la fraternité, au Québec et partout ailleurs», a lancé Philippe Couillard.

 

Selon lui, il faut continuer ensemble à travailler pour lutter contre le racisme et condamner «toutes ses manifestations de rejet avec force, mais dans la non-violence».

Il s'agit également d'un moment pour se rassembler, peu importe notre origine. «On est tous venus d'ailleurs rejoindre les premières nations, il n'y a que la date qui change, a-t-il déclaré. La date ne détermine pas notre niveau de citoyenneté, on n'est pas un meilleur citoyen parce que ça fait 10 générations que notre famille est ici que l'autre qui est arrivé ça fait 5 ans.»

«Ma ville pleure»

Le maire de Québec n’est évidemment pas passé inaperçu parmi les nombreux politiciens à s’être amené au micro.

«Affirmons de nouveau ce soir notre soif de découverte et de l’amour de l’autre. Notre ville est une ville de tolérance et ce soir, ma ville pleure», a déclaré un Régis Labeaume ému, qui a aussi eu une pensée pour «M. et Mme Bissonnette», les parents du tueur présumé.

Plante réconfortante

De son côté, la mairesse de Montréal Valérie Plante avait des mots réconfortants à adresser à tous les Québécois.

«Nous sommes ici pour honorer la mémoire de ceux qui ont perdu la vie il y a un an et avoir un geste profondément humain pour les survivants.»

«Dès le lendemain de l’attentat, la société civile de Québec et de Montréal s’est mise en action, s’est mobilisée d’abord et avant tout. Et c’est encore le cas ce soir.

«La société nous dit d’agir contre les formes de racisme et d’islamophobie, les gestes haineux. C’est ce qu’elle nous dit de faire et c’est ce qu’il faut faire. L’amour est plus fort que la haine et nous ne laisserons pas la haine prendre le dessus, a-t-elle dit. Aux six victimes et à celui qui restera paralysé toute sa vie, nous leur disons que nous n’oublierions pas.»

Dans la même catégorie