/regional/quebec/quebec

Commémoration de la tragédie

Tuerie de la mosquée: des élèves solidaires à Québec

Daphnée Dion-Viens | Agence QMI

STEVENS LEBLANC/AGENCE QMI

«Tout le monde a la même importance, personne n’est plus fort que quelqu’un d’autre. Tout le monde peut vivre en harmonie ensemble dans notre ville.»

Fed-Richard est un élève de quatrième année de l’école primaire Notre-Dame-de-Foy, située à un coin de rue de la mosquée où se sont déroulés les tragiques évènements du 29 janvier 2017.

Comme tous les élèves de son école, il a été invité lundi matin à s’exprimer sur l’importance du vivre-ensemble afin de commémorer la tragédie survenue il y a un an. En silence, un à un, les enfants ont dessiné ou écrit sur des bouts de papier disposés en forme d’étoile des messages d’espoir et de solidarité qui ont été collés dans les fenêtres de l'école. À la fin de la semaine, ces messages seront regroupés dans un recueil qui sera remis à des représentants de la communauté musulmane.

À LIRE ÉGALEMENT:

De nombreux rassemblements en hommage aux victimes

Un an plus tard, les politiciens se souviennent

«Tout le monde est égal», pouvait-on lire sur le bout de papier de Fed-Richard. Quelques pupitres plus loin, Yanis, un de ses camarades de classe, avait écrit : «L’harmonie est importante dans la vie».

Dans cette école, 40 % des élèves sont de confession musulmane et plusieurs enfants ont vécu de près les évènements de l’an dernier. Certains en avaient été témoins, d’autres jouaient dehors au moment du drame. Des parents d’élèves avaient porté secours à des victimes. Plusieurs enfants ont été secoués par les évènements.

De la peur à la résilience

Un an plus tard, la peur a fait place à la résilience, affirme l’intervenante Josée Bélanger, qui est venue en aide à plusieurs enfants tout juste après les évènements.

«Les enfants se rappellent ce qui s’est passé, mais c’est maintenant un souvenir. Ils sont vraiment passés à autre chose», dit-elle. Depuis l’an dernier, une boîte à message a été installée dans l’école pour inciter les élèves qui en avaient besoin à demander de l’aide, mais aucune demande n’a été reçue, indique l’intervenante. Des parents ont toutefois été soutenus par des intervenants de l’école.

L’activité de commémoration visait d’ailleurs à leur rappeler qu’ils sont ici chez eux, ajoute Mme Bélanger. «On veut dire à notre communauté qu’on se souvient de cet évènement et qu’on va toujours êtes solidaires avec eux. Vous avez votre place avec nous», lance-t-elle.

D’où l’importance de développer des relations harmonieuses avec les autres, peu importe les différences, ajoute Mme Bélanger.

C’est aussi le message qu’a transmis la directrice, France St-Onge, à des élèves de quatrième année lundi avant-midi : «Chacun d’entre vous, par vos paroles et les gestes que vous allez poser, vous êtes capables de faire la différence au quotidien», a-t-elle affirmé.

Des activités similaires se sont aussi déroulées dans quatre autres écoles de la commission scolaire des Découvreurs, à Québec.

Dans la même catégorie