/news/law

Palais de justice de Joliette

Accurso affirme avoir donné 300 000$ à son ami le maire de Mascouche

Geneviève Quessy | Agence QMI

Tony Accurso affirme avoir prêté 300 000$ à son ami le maire de Mascouche, mais il ne lui a jamais demandé de lui rembourser.

Accusé d'avoir emmené l'ex-maire de Mascouche, Richard Marcotte, sur son bateau le Touch et de lui avoir fait un chèque de 300 000$ dans le but d'obtenir des contrats pour son entreprise, Tony Accurso a continué de se défendre mardi matin en disant que l'homme était un bon ami et qu'il n'y avait aucune relation d'affaires entre eux.

Tony Accurso a cependant été forcé d’admettre mardi matin n’avoir jamais demandé au défunt maire Marcotte de le rembourser.

M. Accurso a expliqué au jury qu'il avait une confiance totale en Richard Marcotte. «Il m'a dit que c'était pour investir dans l'immobilier et ce type d'investissement demande plusieurs années pour être rentable. J'étais confiant qu'il allait me rembourser», a-t-il dit alors qu’il était contre-interrogé par Me Pascal Grimard de la Couronne.

Jamais les deux hommes n'ont signé d'entente et monsieur Accurso n'a jamais plus abordé le sujet avec Richard Marcotte. «C'était un chum, alors j'avais pas d'affaires à faire un contrat. Je viens d'une génération où la parole et le «handshake» comptent comme un contrat.»

Tony Accurso n'a jamais parlé de ce prêt à quiconque, sauf au contrôleur de Simard-Beaudry à qui il a demandé de produire le chèque de 300 000$.

Les deux hommes auraient entretenu une relation d'amitié depuis 12 ans avant que Richard Marcotte ne devienne maire. La question d'un potentiel conflit d'intérêt ne se serait posée qu'une fois entre eux. «C'est moi qui a abordé le sujet et il m'a répondu qu'on était des amis et que si jamais il voyait que ça posait problème, il allait m'en parler. C'était lui le politicien. Moi je l'invitais, et s'il voyait un conflit, c'était à lui de me le dire. Les politiciens et les entrepreneurs ont le droit d'avoir des amis», a plaidé Tony Accurso.

Les gens qu'il invitait sur son bateau étaient ses amis proches, a dit l'homme d'affaires. «Quand j'invitais quelqu'un sur le bateau, le séjour ne lui coûtait rien et je payais les billets d'avion. C'est moi qui invitait.»

Jamais Tony Accurso n'aurait incité le maire Marcotte à agir contre les intérêts de ses citoyens, a t-il affirmé, et jamais il n'a constaté de malhonnêteté chez Richard Marcotte.

Le procès de Tony Accurso se poursuivra jeudi au palais de justice de Joliette avec la plaidoirie de la défense.

Dans la même catégorie