/news/currentevents

Gatineau

Enfants malmenés en service de garde?

Simon-Pier Ouellet | Agence QMI

Des parents sont en furie contre la Commission scolaire des Draveurs qui aurait fermé les yeux depuis plusieurs années sur les agissements troublants d’une responsable du service de garde envers des élèves.

Le Journal a recensé des plaintes contre cette employée depuis 2012, alors qu’elle travaillait dans une autre école primaire de Gatineau.

Selon la plainte adressée à la direction de l’école des Belles-Rives, la dame aurait privé de dîner un enfant de 7 ans, car il n’était pas sur la liste des dîneurs en raison d’une erreur. L’enfant utilisait pourtant les services du traiteur depuis plus d’un an.

«Tu n’as pas payé, tu n’as pas de dîner, donc tu ne manges pas», aurait dit la responsable du service de garde.

À cette époque, ce parent s'inquiétait du climat au service de garde, puisque personne n'avait osé nourrir une fillette de 7 ans, de peur de se faire réprimander par la responsable.

Quelques mois plus tard, l’employée quittait son poste pour se joindre à l’école de l’Escalade.

La police a déjà enquêté

La police de Gatineau s’est déjà penchée sur les comportements de cette responsable du service de garde.

En 2015, une mère de famille avait porté plainte aux policiers et à la direction de l’école de l’Escalade pour un geste violent.

Une élève de maternelle aurait été brutalisée par l’employée pendant la diffusion d’un film.

«Elle l’a prise par le bras et l’a rentrée dans un mur. C’était assez fort pour que ma fille se cogne la tête. Elle m’a dit que ça lui avait fait mal», raconte la mère de l’enfant qui n’a pas voulu être identifiée.

Cette plainte n’avait toutefois pas mené au dépôt d’accusations.

De nouvelles plaintes ont été acheminées à la police à la suite des nouvelles révélations.

L’employée aurait entre autres attaché les mains et les pieds d’élèves avec du ruban adhésif et aurait fait défiler des élèves en criant des bruits de train pour les humilier.

Colère des parents

Des dizaines de parents se sont déplacés pour faire savoir leur façon de penser aux commissaires de la Commission scolaire des Draveurs lundi soir.

«Je ne comprends pas pourquoi ça a bougé maintenant alors qu’il y a déjà eu d’autres plaintes dans le passé. Parce que c'est sorti dans les médias, vous voulez faire bonne figure. Moi, c'est ça qui m'inquiète», a mentionné Éloïse Lessard-Dostie.

La Commission scolaire des Draveurs a précisé en fin de journée que des procureurs externes ont été mandatés afin de rencontrer les membres du personnel de l’école.

Un service d’aide aux élèves affectés par la situation a été mis en place.

 

– Avec la collaboration de TVA Gatineau-Ottawa