/news/society

Saint-Bernard-de-Lacolle

La GRC est en train de s’installer pour longtemps

Christopher Nardi | Agence QMI

La GRC s’apprête à installer sur le rang Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, un abri en bonne et due forme qui pourra être utilisé été comme hiver par ses agents. Un signe que l’endroit où des milliers de migrants irréguliers ont traversé la frontière à pied devient graduellement une frontière permanente, selon un syndicat.

Lundi, le gouvernement fédéral a lancé un appel d’offres pour l’achat et l’installation d’un «abri hivernisé» à la frontière canado-américaine.

Cette installation construite sur mesure remplacera deux roulottes installées à la va-vite il y a moins de six mois comme poste d’accueil et de fouille des migrants pour les policiers de la GRC.

En 2017, les policiers ont intercepté pas moins de 20 000 migrants à la traversée irrégulière près de Saint-Bernard-de-Lacolle. Ceux-ci traversaient la frontière en franchissant un boisé près du chemin Roxham, à l’extérieur des postes de douane officiels, dans le but de pouvoir demander le statut de réfugié.

«Suite à l’annonce des États-Unis que le président Donald Trump met en place des restrictions de visa pour les réfugiés entrant aux États-Unis, la GRC a mobilisé leurs opérations aux frontières [...] Une analyse récente de la situation a confirmé le besoin pour une continuité des opérations actuelles», peut-on lire dans l’appel d’offres.

«En prévision des délais et prolongations éventuelles, un abri [aménagé pour l’hiver] et chauffé, qui logera les opérations de la GRC, doit être érigé. Cet abri devra être approprié pour loger les opérations non seulement pendant les mois d’hiver, mais aussi pendant les mois d’été.»

Roulottes mal adaptées

Si la GRC assure que ce n’est pas une installation permanente, un porte-parole a indiqué que les deux roulottes qui faisaient office de lieu d’accueil des migrants étaient mal adaptées à la situation.

Le but d’installer ce nouvel abri de 25 pieds sur 70 pieds est donc de permettre aux agents de mieux questionner et fouiller les migrants lorsqu’ils sont arrêtés.

«L’installation qui arrive n’est pas nécessairement plus grosse, mais beaucoup mieux adaptée aux besoins des agents. Mais ce n’est rien de permanent [...] Le but est de faire une installation rapide, et si on a besoin de quitter le site dans deux jours, on va le faire», explique le porte-parole Erique Gasse.

Installation permanente ?

Est-ce que la GRC payerait pour un nouvel abri si elle s’attendait à ce que la crise des migrants s’estompe bientôt ? La GRC ne fait pas de spéculation, répond le porte-parole.

Il a été impossible de savoir lundi quel budget était réservé à l’achat de cet abri. En octobre dernier, le gouvernement avait loué 27 roulottes pour accueillir jusqu’à 200 migrants au prix de 1,2 millions $.

Pour sa part, le président du syndicat des agents frontaliers canadiens, Jean-Pierre Fortin, voit l’arrivée de cette installation comme un signe sûr de la «permanentisation» du site de traversée illégale à Lacolle.

«On est en train de créer un poste de passage permanent [...] Je ne suis pas surpris, c’est clair qu’on est lentement en train d’officialiser le corridor d’entrée du chemin Roxham», lance sans détour M. Fortin.

Dans la même catégorie