/news/politics

«Difficultés majeures» au conseil municipal

La municipalité de Baie-Trinité placée sous tutelle

Pierre-Paul Biron

 - Agence QMI

Le gouvernement a pris la décision de placer la municipalité nord-cotière de Baie-Trinité sous tutelle mardi en raison d’une «situation financière inquiétante» et de l’ambiance générale qui règne au conseil de ville. La situation mène d’ailleurs le nouveau maire à quitter son poste trois mois seulement après l’élection.

La municipalité a fait la manchette au cours des dernières années en raison des accusations d’agressions sexuelles qui pesaient sur l’ancien maire Denis Lejeune. Reconnu coupable d’avoir agressé une employée municipale, ce dernier avait fini par démissionner de son poste en août 2017, laissant l’administration de la municipalité dans une «situation inquiétante» qui a ultimement mené à la mise sous tutelle, selon un rapport de la Commission municipale du Québec (CMQ).

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) s’était également intéressée au dossier de la petite municipalité de la Côte-Nord au cours des derniers mois

Dans le communiqué annonçant sa décision, le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux parle des procédures comme d’une «mesure nécessaire pour rétablir le bon fonctionnement de la municipalité».

«Il existe des difficultés majeures au conseil municipal pour prendre des décisions aussi fondamentales qu’engager un directeur général ou adopter un budget», a-t-il précisé à sa sortie du conseil de ministre en journée.

Démission du maire

Nouvellement élu en novembre dernier, le maire actuel Marc Tremblay a fait part mardi de son intention de démissionner malgré la tutelle qu’il avait lui-même demandée. Qualifiant la situation à Baie-Trinité de chaos, l’élu ne croit plus être en mesure de rétablir la situation et préfère quitter.

«Au début j’y croyais, mais la confiance est tombée. Il y a une rupture au sein du conseil entre l’opposition qui compte quatre élus de l’époque de l’ancien maire et les trois autres élus, moi inclus. Il n’y a aucune discussion», a déploré Marc Tremblay, satisfait de la mise sous tutelle.

Ce dernier souhaite maintenant voir les membres restants du conseil municipal collaborer avec le gouvernement «parce que Baie-Trinité n’est pas un bateau qui prend l’eau, c’est un bateau déjà au fond de l’eau».

«Ils auront une décision à prendre. Moi je l’ai fait la réflexion et je quitte. Eux devront se remettre en question et se demander s’ils veulent mettre l’épaule à la roue, sinon ils devront démissionner eux aussi», a expliqué le maire.

Finances bordéliques

La priorité du gouvernement dans ce dossier sera maintenant de dresser un portrait fidèle de la situation financière de la municipalité, qualifiée «d’inquiétante». Il existe notamment un problème de perception des taxes et un règlement d’emprunt nébuleux. Un contrat donné à l’ancien maire Lejeune soulève aussi des questions actuellement.

D’importants retards sont observés dans la gestion des finances publiques alors que le budget 2016 n’a toujours pas pu être complété. «On n’a pas pu le fermer encore parce qu’il manque des chiffres. Après ça, ce sera 2017. Disons qu’on est loin de déposer un budget pour 2018», a soupiré le maire Tremblay.

Dans la même catégorie