/finance/homepage

Des dépenses toujours en croissance

L’auto coûte 51 G $ par année au Québec

Stéphanie Martin | Agence QMI

Manifestation des chauffeurs de taxi à Montréal

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Le transport automobile coûte 51 milliards $ par année aux Québécois, dont 20 000 $ par famille. Des dépenses toujours en croissance, à un rythme qui mène le Québec droit dans le mur.

C’est le constat que font Trajectoire Québec et la Fondation David Suzuki, qui ont mené la première étude exhaustive des coûts du système de transport automobile au Québec depuis 20 ans, en excluant le transport collectif et le transport de marchandises.

Réunissant les principales données sur les dépenses des ménages et des gouvernements, l’étude qui sera dévoilée mercredi midi conclut que le Québec dépense chaque année 43 milliards $ pour les automobiles et les routes, soit l’équivalent de 11 % du PIB.

Ce chiffre est «conservateur», souligne le directeur de Trajectoire Québec, Philippe Cousineau Morin. Si on y ajoute les autres facteurs externes comme les accidents, la pollution, la congestion et le stationnement, qui induisent aussi des coûts estimés à 7,6 milliards $, la facture monte à 51 milliards $.

Alors que les gouvernements assument 6,6 milliards de la facture de 43 milliards par an, ce sont les familles qui en paient la majeure partie, soit 37 milliards $, avec leurs dépenses privées pour leurs véhicules. Pour une famille de deux adultes et deux enfants, cela représente une somme de 20 000 $ par année.

Un montant qui pèse lourd sur le budget familial. En effet, 20 % des dépenses des ménages après impôt sont consacrées au transport automobile. C’est le deuxième poste de dépenses après le logement et avant l’alimentation.

Les deux organismes ont voulu «remettre les pendules à l’heure» sur le coût du transport routier, explique M. Cousineau Morin. «On ne se rend pas compte qu’on paie ça.»

Les coûts ont augmenté de 69 % pour les gouvernements et de 28 % pour les familles depuis 20 ans, «un rythme qui surpasse celui de la population et rien n’indique que cette tendance lourde sera inversée dans un avenir prévisible», écrivent les auteurs.

Troisième lien

C’est insoutenable à long terme, soutiennent-ils. L’objectif est de faire prendre conscience aux décideurs politiques du coût des investissements routiers afin qu’ils en tiennent compte avant de se lancer dans des projets comme le troisième lien, par exemple, cite Philippe Cousineau Morin.

Les solutions passent par l’imposition de péages sur les grands réseaux et par le financement du transport en commun. «Ça coûte moins cher en infrastructures routières et urbaines quand une ville a plus de transport en commun.»

Dans la même catégorie