/news/world

Des aveux trois mois plus tard

Le «gendre idéal» inculpé pour le meurtre de la joggeuse

Angela Schnaebele | Agence France-Presse

Jonathann Daval, le «gendre idéal» qui cachait depuis trois mois son crime sous les pleurs, a avoué mardi avoir tué son épouse Alexia, retrouvée morte dans un bois en France: «sidérés», ses beaux-parents veulent comprendre sans accabler.

«Ils n'ont rien vu venir, maintenant ils voudraient comprendre», a déclaré leur avocat, Me Jean-Marc Florand, au cours d'une conférence de presse à Vesoul (est), au lendemain du «coup très dur à encaisser» qu'ont été les aveux de l'informaticien de 34 ans.

«C'est une dispute violente qui a très mal tourné. (...) Quand vous étranglez quelqu'un à mains nues et que vous voyez ses yeux, on ne peut pas dire que c'est un accident», a-t-il poursuivi, contredisant les propos tenus la veille par les défenseurs de Jonathann Daval.

DANS LE MÊME DOSSIER:

Le mari de la joggeuse retrouvée morte avoue l'avoir tuée

Joggeuse disparue en France: un corps découvert

Ceux-ci, Ornella Spatafora et Randall Schwerdorffer, ont affirmé que leur client avait tué l'employée de banque de 29 ans «par accident», qu'il «ne voulait pas» et qu'il était la cible de «violences verbales» de la part de sa femme qui, «en période de crise, pouvait avoir des accès de violence extrêmement importants».

Daval couple

AFP

La secrétaire d'État française à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a de son côté jugé mercredi «proprement scandaleux» de mettre en avant la «personnalité écrasante» d'Alexia Daval, demandant d'«arrêter de trouver des excuses» aux féminicides.

Selon Me Florand, les parents d'Alexia n'avaient pas connaissance de violences.

Les femmes restent les premières victimes des violences au sein des couples: 123 femmes ont été tuées par leur compagnon, ex-compagnon ou amant en France en 2016, soit une tous les trois jours.

À la disparition de sa femme, Jonathann Daval était apparu sans cesse effondré, en pleurs, soutenu par ses beaux-parents qu'il a continué à voir quasiment quotidiennement depuis la mort d'Alexia.

«La comédie qu'il a jouée lui coûtera très cher dans l'esprit des jurés», a estimé l'avocat des parents, qui table sur un procès au mieux courant 2019. Inculpé et écroué pour «meurtre sur conjoint», il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

L'enquête, qui a débuté il y a trois mois, se poursuit pour supprimer les zones d'ombre restant autour de la mort d'Alexia Daval.

Le corps de la jeune femme, retrouvé le 30 octobre dissimulé sous des branchages dans un bois près de la localité de Gray, non loin du domicile du couple, a été en partie calciné. Son mari affirme ne pas l'avoir brûlé.

Daval pleurs

AFP

Mardi, confronté à «plusieurs éléments accablants» - un traceur sur son véhicule professionnel attestant que celui-ci avait bougé le soir de la disparition d'Alexia, des traces de pneus correspondant à ce véhicule et un drap du couple retrouvé près du corps -, M. Daval a finalement avoué avoir étranglé son épouse, «sans intention de donner la mort», ont expliqué ses conseils.

L'homme n'a avoué le crime qu'à la fin de sa garde à vue, acculé par les éléments scientifiques rassemblés par les gendarmes. Il avait jusque-là toujours maintenu qu'Alexia était partie courir et n'était jamais revenue. C'est lui qui avait alerté les gendarmes.

Des questions restent en suspens: «Où l'a-t-il tuée? Quand? Pourquoi était-elle en tenue de joggeuse alors qu'elle n'est pas partie? Est-ce qu'elle a souffert? Qui l'a brûlée?», a énuméré l'avocat des parents d'Alexia.

À Gray-la-ville (Haute-Saône, est), les quelque 2000 habitants étaient sous le choc et «abasourdis» mercredi.

Tout le monde est «retourné, surpris», a raconté Denis Bari, le deuxième adjoint au maire, parlant d'un «désaveu total pour toute la population», qui avait participé à des battues pour retrouver Alexia.

«On se sent trahi, on s'attendait à un détraqué. Là, on tombe de haut», a confié un restaurateur de la ville.

Le visage fermé derrière son comptoir, le père d'Alexia, Jean-Pierre Fouillot, servait, quant à lui, le café aux clients de son bar de Gray. Une affiche demande de «respecter leur sérénité».

Dans la même catégorie