/news/politics

Chambre des communes

Un rapport appuie l’idée d’une journée contre l’islamophobie

Maxime Huard | Agence QMI

En réflexion depuis des semaines, le gouvernement Trudeau n’est toujours pas capable de statuer s’il fera du 29 janvier, date de l’attentat de Québec, une journée nationale contre l’islamophobie.

Après le dépôt d’un rapport parlementaire qui appuyait l’idée, jeudi matin, la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, a affirmé avoir encore besoin de temps pour trancher.

«Je vais lire le rapport, étudier les recommandations, et revenir avec la position du gouvernement», a indiqué la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, jeudi à son arrivée à la période des questions.

Parmi une trentaine de recommandations sur le racisme et la discrimination religieuse au pays, le rapport du Comité permanent du patrimoine canadien suggère «que le 29 janvier soit déclaré Journée nationale de commémoration et d’activités concernant l’islamophobie et toute autre forme de discrimination religieuse».

Le dépôt du rapport survient trois jours après les commémorations entourant le premier anniversaire de l’attentat qui a fait six morts au Centre culturel islamique de Québec l’an dernier.

Enjeu délicat

L’enjeu de l’islamophobie est particulièrement délicat au Québec, où tous les partis provinciaux ont rejeté l’idée d’une telle journée. En point de presse, le premier ministre Philippe Couillard a réitéré jeudi son opposition au projet, disant souhaiter privilégier la lutte contre toutes les formes de racisme.

Le document publié jeudi apporte toutefois de l’eau au moulin de nombreuses organisations musulmanes au pays. Le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) a interpellé Justin Trudeau début janvier afin que la date de l’attentat devienne la Journée nationale de commémoration et d'action contre l'islamophobie.

Le comité du patrimoine a entrepris ses travaux sur le sujet après l’adoption, en mars dernier, de la controversée motion M103, de la députée libérale Iqra Khalid. La motion proposait notamment que la Chambre des communes condamne «l’islamophobie et toutes les formes de racisme».

L’opposition divisée

Le rapport ne fait pas l’unanimité. Les conservateurs, minoritaires sur le comité, ont présenté un rapport dissident, dans lequel ils précisent que le 29 janvier devrait plutôt être désigné «Journée nationale de la solidarité avec les victimes d’actes d’intolérance et de violence antireligieuses».

Selon l’opposition officielle, le terme islamophobie n’est pas assez inclusif.

La députée bloquiste Monique Pauzé a abondé dans le même sens, jugeant qu’il ne faut pas «mettre chacune des religions dans une bulle à part».

Quant à lui, le Nouveau Parti démocratique appuie l’initiative.

Dans la même catégorie