/news/law

Procès Tony Accurso

Accurso a-t-il placé le maire de Mascouche en conflit d’intérêts?

Geneviève Quessy | Agence QMI

Tony Accurso a-t-il placé le maire de Mascouche en conflit d’intérêts en l’invitant sur son bateau et en lui prêtant 300 000$? C'est la question que doit se poser le jury, a plaidé l'avocat de la poursuite au procès de l'homme d'affaires, et non pas s'il a bénéficié ou non d'avantages.

Bien que Tony Accurso et Richard Marcotte étaient des amis depuis longtemps, a rappelé Me Pascal Grimard dans sa plaidoirie, vendredi à Joliette, les deux hommes savaient que le code d'éthique de l'élu lui interdisait de recevoir des cadeaux de la part des entrepreneurs qui soumissionnent sur les appels d'offres de la ville.

Pourtant, entre 2005 et 2010, Tony Accurso a payé trois voyages sur son bateau le Touch à Richard Marcotte, plusieurs repas au restaurant, et il lui a fait un prêt personnel de 300 000$ à partir du compte de son entreprise.

Ces cadeaux ont été offerts à la même période, a rappelé Me Grimard, où la compagnie d'Accurso Simard-Beaudry a obtenu de la ville de Mascouche sept contrats de pierre concassée, un contrat de trottoir et d'asphaltage, le contrat de réfection de l'usine d'épuration des eaux et celui de l'usine de traitement des eaux usées.

«Tout le monde a le droit d'avoir des amis, mais dans le contexte ou l'un était maire et l'autre soumissionnaire sur des appels d'offres de sa ville, Richard Marcotte et Tony Accurso auraient dû s'assurer de ne pas être en conflit d'intérêt. Il y avait un lien d'affaires entre eux, et ils le savaient.»

Bien que Me Marc Labelle ait dit jeudi dans sa plaidoirie qu'aucune preuve n'avait été faite de l'utilisation du 300 000$ donnés par Accurso à Marcotte, Me Grimard a rappelé ce qu'avait dit la témoin Pascale Boutin, juricomptable. Des 270 000$ déposés dans le compte du maire, 200 000$ sont allés à un placement fiduciaire et le reste en paiements de cartes de crédit et en virements interbancaires dans différents comptes à l'étranger.

«Où est-ce qu'on voit qu'il y aurait eu une transaction immobilière, tel que Marcotte aurait dit en lui demandant le prêt de cet argent, selon la version de M. Accurso? Nulle part,» a demandé Me Grimard.

Un chèque, a rappelé le procureur, «qu'Accurso prétend n'avoir pas voulu cacher, mais qui a été fait au nom d'une compagnie dont l'adresse est en Suisse, et qui n'est pas le vrai destinataire.»

Le jury devrait entrer en délibération lundi prochain afin de décider si Tony Accurso est coupable d'avoir aidé l'ex-maire de Mascouche à commettre un abus de confiance.