/news/politics

Centre-du-Québec

Lock-out chez ABI: le député Donald Martel joue les conciliateurs

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, se propose comme conciliateur dans le lock-out qui touche l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI), dans le Centre-du-Québec.

M. Martel a rencontré jeudi le syndicat afin de solliciter le dépôt d'une contre-proposition. Le syndicat se serait montré ouvert à considérer la chose, à condition d'avoir l'engagement qu'Alcoa reviendra à la table de négociation pour la recevoir.

L’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ) dit avoir parlé à la direction de l'aluminerie et avoir noté «qu'une ouverture paraissait possible», a-t-il dit vendredi à TVA Nouvelles.

Dans l'espoir d'obtenir la garantie réclamée par le syndicat, Donald Martel a adressé une lettre au président d'Alcoa à Pittsburgh, en Pennsylvanie.

«Ce que j'essaie de faire, c'est vraiment de provoquer une rencontre pour que les discussions soient relancées, parce que comme c'est là il n'y a aucune discussion depuis le décret du lock-out», a relaté le député.

À ce moment, le conciliateur au dossier avait sans délai convoqué les parties. Le représentant d'ABI avait toutefois clairement fait savoir qu'il n'avait aucun mandat pour relancer les négociations suspendues le 22 décembre.

Le député Martel est conscient que sa démarche pourrait être considérée comme de nature politique, en cette année électorale. «Ma seule motivation est de faire tout en mon pouvoir pour faire avancer les choses», a-t-il dit.

Dans la même catégorie