/news/politics

Propos de la première ministre

L’Alberta fait de l'oléoduc Trans Mountain un enjeu national

Agence QMI

Carmine Marinelli/QMI Agency

La première ministre de l’Alberta Rachel Notley s’impatiente dans le dossier de l’oléoduc Trans Mountain de Kinder Morgan et demande à Justin Trudeau d’intervenir après que la Colombie-Britannique eut annoncé son intention d’interdire toute augmentation des expéditions de bitume dilué au large de ses côtes.

Des propos attribués à Rachel Notley et rapportés dans le «Edmonton Journal» montrent que la tension monte entre l’Alberta et la Colombie-Britannique.

«C’est la Colombie-Britannique qui a commencé ce combat, maintenant nous jetons les gants» à notre tour, a-t-elle dit vendredi, une manière pour elle de défier son homologue John Horgan, également un néodémocrate.

Mme Notley a ajouté que son gouvernement est «prêt à faire tout ce qu’il faudra» pour éviter l’échec du projet d’oléoduc évalué à 7,4 milliards $.

Selon elle, la plus récente décision du gouvernement Horgan est une autre attaque en règle contre cet oléoduc. Le projet, rappelons-le, permettrait d’acheminer près de 900 000 barils de pétrole brut albertain vers la côte pacifique.

Le projet est très sensible en Colombie-Britannique. Vendredi, le premier ministre Justin Trudeau a été hué par des environnementalistes à l’occasion d’une assemblée publique à Nanaimo, sur l’île de Vancouver.

En réponse à une question du public au sujet du controversé oléoduc, Justin Trudeau a de nouveau défendu le projet: «Nous avons dû prendre des décisions difficiles. Nous allons aller de l’avant avec le pipeline de Kinder Morgan», a-t-il laissé entendre. Le chef libéral ne veut toutefois pas être pris en sandwich dans la guerre qui gagne en intensité entre les deux provinces de l’ouest.

«Même si c’est l'Alberta maintenant qui défend l'économie nationale et que c’est l'Alberta qui défend les emplois, le fait est que cela a des répercussions dans l'ensemble du pays», a dit M. Notley dans une entrevue avec le journaliste Evan Solomon qui sera diffusée dimanche à l'émission «Question Period» de CTV.

Selon Mme Notley, qui s’est entretenue cette semaine avec Justin Trudeau, «il appartient au premier ministre d'intervenir également», car, pour elle, ce n’est pas un affrontement entre l’Alberta et la Colombie-Britannique, mais bien un «débat entre la Colombie-Britannique et le Canada».

Rachel Notley menace par ailleurs de suspendre les pourparlers avec son homologue britanno-colombien relativement à l’achat d’électricité, ce qui pourrait coûter jusqu’à 500 millions $ à la Colombie-Britannique. Advenant que le projet d’oléoduc Trans Mountain, évalué à 7,4 milliards $, fasse chou blanc, la première ministre promet d’autres représailles, une guerre commerciale entre les deux provinces de l’ouest se dessinant à l’horizon.

Dans la même catégorie