/news/politics

Attentat à la Mosquée de Québec

Une rencontre en marge des commémorations dérange Fatima Houda-Pepin

TVA Nouvelles

L'ex-députée libérale Fatima Houda-Pepin prétend qu'une rencontre en privé entre les premiers ministres Trudeau, Couillard et les familles des victimes ne s'est pas déroulée comme prévu lors des commémorations de l'attaque à la mosquée de Québec.

Un homme de Toronto aurait accaparé les élus au détriment des familles endeuillées pour réclamer une journée nationale contre l'islamophobie, selon ce qu’elle avance. Le président du Centre culturel islamique de Québec se dit choqué et souligne que cette affirmation est fausse.

Le 29 janvier, avant la commémoration de l'attaque à la Mosquée de Québec, les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard ont tenu à rencontrer à huis clos les familles des victimes à la Mosquée. On avait demandé aux victimes d'écrire une lettre aux premiers ministres et de parler de leur deuil et de leur souffrance.

«Invité inattendu»

Mais selon Fatima Houda-Pepin, cette rencontre ne se serait pas déroulée comme les victimes le souhaitaient.

Dans la page Opinions publiée samedi dans le Journal de Montréal, elle écrit: «Mais, comme par hasard, elle (la rencontre) a été monopolisée par un ‘’invité inattendu’’ venu de Toronto, représentant la mouvance qui réclame l'instauration d'une journée nationale contre l'islamophobie.»

Elle ajoute que l’homme «a d'abord entrepris le premier ministre Couillard puis le premier ministre Trudeau, dès son arrivée sur les lieux, au grand dam des familles qui s'impatientaient et qui se demandaient pourquoi ce monsieur avait accaparé, à lui tout seul, les dignitaires qu'elles étaient venues rencontrer».

«La réponse serait venue du représentant du Centre culturel islamique de Québec : le monsieur de Toronto, lui, a donné 400 000 dollars, il avait donc le droit de prendre son temps avec les premiers ministres», a aussi écrit l’ex-députée.

La cérémonie de commémoration a débuté avec une trentaine de minutes de retard.

Après cette rencontre, M. Trudeau et Couillard ont tour à tour parlé de l'islamophobie dans leur discours.

Contacté par TVA Nouvelles, le bureau du premier ministre Trudeau ne nie pas avoir rencontré d'autres personnes que les proches des victimes. Il a fait savoir, par courriel que «le premier ministre tenait à rencontrer les familles des victimes et les survivants avant la cérémonie. C'est ce qu'il a fait de l'intérieur de la mosquée avec chacun et chacune d'entre eux».

Pour sa part, le bureau de Philippe Couillard a mentionné à TVA Nouvelles que «le premier ministre a effectivement rencontré en privé les victimes et les six familles.(...) Il a exprimé clairement et publiquement sa position concernant la Journée contre l'islamophobie et qu'elle n'a pas changé. Nous ne commenterons pas les propos de Mme Houda-Pepin.»

Mohamed Labidi furieux

Joint au téléphone, le président du centre culturel islamique de Québec était furieux.

Mohamed Labidi précise que l'homme dont Fatima Houda-Pepin fait mention dans son texte est en fait Tariq Syed, un bénévole qui travaille pour l'organisme Dawanet à Toronto. Il s’agit d’un organisme sans but lucratif qui a remis 400 000 dollars en dons du public en mars 2017 à la communauté musulmane de Québec, à la suite de l'attaque.

Le directeur Labidi souligne qu'il a invité Tariq Syed pour qu'il remette une copie de son documentaire «Ta dernière marche dans la Mosquée» aux deux premiers ministres.

Selon lui, il n'aurait pas accaparé les élus, car la rencontre avec eux n'a duré que deux minutes. M. Labidi ajoute qu'il n'a jamais été question de faire la promotion d'une journée nationale contre l'islamophobie auprès des politiciens.

«Ça n’a rien à voir avec l’islamophobie, toute l’histoire qui a été montée de A à Z avec ça. C’est faux. On trouve que c’est de l’acharnement. C’est décevant, désolant», dit-il

Le conseil d'administration du Centre culturel islamique de Québec examine actuellement les prochaines actions qu'il prendra à la suite des propos de Fatima Houda-Pepin.

L'ex-députée libérale a refusé nos demandes d'entrevues.

-D’après le reportage de Julie Couture

Dans la même catégorie