/news/politics

Oléoduc Trans Mountain

Devant l'impasse, l'Alberta boycotte le vin de la Colombie-Britannique

Agence QMI

ARCHIVES/AGENCE QMI

Ulcérée par la décision de la Colombie-Britannique de s'opposer au projet d'oléoduc Trans Mountain, la première ministre de l'Alberta a décrété un embargo sur le vin britanno-colombien, mardi.

Dans un point de presse, Rachel Notley a expliqué avoir ordonné à l'agence régulant l'alcool dans la province de cesser immédiatement l'importation de vin en provenance de la province de l'ouest.

«Pour moi, il est clair que nous sommes tous unis dans ce dossier. [...] J'entends les Albertains dire, partout où je vais, que nous devons envoyer un message clair à la C.-B. pour faire valoir notre point de vue. Nous pouvons le faire en boycottant le vin [de la Colombie-Britannique]», a exprimé la première ministre néodémocrate sur son compte Twitter.

Selon Mme Notley, l'Alberta a importé environ 17,2 millions de bouteilles en 2017 de la Colombie-Britannique, pour un total de 70 millions $.

L'Alberta ne digère pas que la Colombie-Britannique ait annoncé qu'elle gèlerait toute hausse de la quantité de pétrole traversant son territoire avant d'avoir consulté sa population. Rappelons que l'oléoduc Trans Mountain de Kinder Morgan vise, à terme, à acheminer 900 000 barils de pétrole par jour depuis l'Alberta jusqu'au port de Burnaby, en banlieue de Vancouver.

La semaine dernière, Mme Notley avait aussi mis sur la glace des pourparlers pour l'achat de 500 millions $ en électricité par année en Colombie-Britannique.

Le premier ministre néodémocrate de la Colombie-Britannique, John Horgan, a réagi à l'annonce de mardi en invitant sa collègue à présenter ses arguments en cour. «Je demande à l'Alberta de se rétracter de cette position. Nous soutiendrons les producteurs de vin britanno-colombiens et répondrons à ces actions injustes», a-t-il soutenu dans un communiqué.

Dans la même catégorie