/finance/homepage

Hydro-Québec

Northern Pass : le Massachusetts attend une réponse

Agence QMI

GEN-ANNONCE-HYDRO

PHILIPPE-OLIVIER CONTANT/AGENCE QMI

L’État du Massachusetts a donné jusqu’à vendredi aux partenaires d’Hydro-Québec pour qu’ils disent si oui ou non le projet de ligne à haute tension Northern Pass peut aller de l’avant.

Dans une décision unanime, les sept membres de la commission d’examen du site de l’État du New Hampshire ont rejeté, jeudi de la semaine dernière, ce projet de construction d’une ligne de transport à haute tension de 242 kilomètres destinée à l’exportation d’électricité québécoise vers les États-Unis.

À la suite de ce rejet, le Massachusetts a adressé une lettre aux principaux intéressés, dont Eversource, le partenaire américain d’Hydro dans cette aventure, leur demandant d’indiquer d’ici vendredi Northern Pass est encore viable. L’État a même pris soin de préciser dans sa missive qu’elle examinera d'autres propositions si ce n’était pas le cas.

Selon les échéanciers, la mise en service est prévue pour 2020 et le coût de construction est estimé à plus de 2,1 milliards $. Réclamant l’enfouissement de la ligne à haute tension, plusieurs groupes s’opposent à ce projet de part et d’autre de la frontière.

Plus gros contrat

Dès l’annonce du rejet de ce qui était considéré comme «le plus gros contrat de son histoire», Hydro-Québec avait expliqué avoir soumis deux autres projets au Massachusetts, soulignant que le rejet du projet par le New Hampshire était un risque connu.

De son côté, bien que «choquée et indignée», l’entreprise Eversource s’était engagée à «demander un réexamen de la décision». Elle pourra faire appel une fois que la décision écrite du SEC sera publiée, ce qui sera fait d'ici le 31 mars.

Lundi, des élus du New Hampshire ont envoyé une lettre au gouverneur de cet État l’incitant à choisir un autre projet que celui d’Hydro-Québec. Il s’agit du projet Granite State Power Link de la compagnie National Grid, selon ce que rapporte le New Hampshire Public Radio (NHPR). Il n’est toutefois pas aussi avancé que le plan proposé par la société d’État québécoise et ses partenaires.

La lettre a été signée par une quinzaine d’élus, républicains et démocrates, dont le président de la Chambre. Pour le sénateur républicain Bob Giuda, ce projet permettra de ne pas «détruire irrémédiablement les paysages».

Dans sa décision, le comité d'évaluation estimait que les promoteurs du projet Northern Pass n’avaient pas su prouver «que la ligne de transport proposée n'entraverait pas indûment le développement ordonné de la région».

Dans la même catégorie