/finance/homepage

Conflit de travail

Québec convoque les deux parties chez ABI

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Les dirigeants de l'aluminerie de Bécancour (ABI) et les représentants du syndicat des métallos ont été convoqués par le gouvernement du Québec à une rencontre, vendredi, pour tenter de faire débloquer le conflit de travail.

Les employés d'ABI sont en lock-out depuis la mi-janvier. Depuis, c'est l'impasse dans les négociations, malgré la présence d'un conciliateur pour tenter de rapprocher les parties.

La ministre du Travail, Dominique Vien, a expliqué qu'elle souhaite rencontrer les parties pour tenter de les convaincre de retourner à la table de négociations. Elle a toutefois reconnu avoir été avisée par la direction des relations de travail de son ministère «que les positions sont campées et qu'il n'existe pas de rapprochement possible à l'horizon».

Bien que les patrons et le syndicat aient tous deux été convoqués, les parties ne feront que se croiser vendredi, puisque la ministre les rencontrera à tour de rôle.

Mercredi, les syndiqués d'ABI manifesteront devant l'Assemblée nationale au moment où Québec Solidaire déposera une motion appelant le gouvernement à faire des démarches auprès d'Alcoa pour une reprise des pourparlers.

De passage à Shawinigan lundi, Philippe Couillard avait convenu qu'il allait de soi d'appeler les parties à négocier. Il s'était toutefois montré hésitant à aller plus loin étant donné qu'il s'agit d'un conflit de nature privée.

Dans la même catégorie