/regional/estduquebec/basstlaurent

Pendant au moins un an

Des employés reçoivent 1000 $ de leur patron pour avoir arrêté de fumer

Stéphanie Gendron | Agence QMI 

Courtoisie

Deux fumeurs de l’entreprise Conteneurs KRT à Rivière-du-Loup ont définitivement écrasé après que leur patron ait promis de leur remettre 1000 $ s’ils arrêtaient de fumer pendant au moins un an.

Découragé de constater que le tiers de son équipe fumait, le PDG de l’entreprise, Martin Ouellet, avait décidé de motiver ses employés avec de l’argent il y a un an.

Six fumeurs avaient donc décidé d’écraser.

Quatre d’entre eux n’ont pas fumé pendant six mois, mais ont recommencé. «Ce n’est pas rien, les gars ont prouvé qu’ils étaient capables. Mais comme on a vu au départ, le fait d’arrêter ensemble était motivant, mais quand un d’entre eux a recommencé, trois autres ont suivi aussitôt», dit Martin Ouellet.

Denis-Édouard Michaud, un opérateur de pelle mécanique qui fumait un demi-paquet par jour depuis plus de 37 ans, a réussi à ne pas fumer pendant plus d’un an et a donc empoché un total de 1000 $ au courant des 12 derniers mois. L’initiative de son employeur a été le coup de pied qu’il lui fallait pour se décider à cesser de fumer. «La fierté personnelle que je ressens d’avoir réussi à arrêter de fumer est sans contredit le bienfait le plus concret pour moi», a dit l’ex-fumeur.

Le second fumeur qui a écrasé est le frère du PDG, qui est copropriétaire et vice-président de l’entreprise. Steve Ouellet fumait 25 cigarettes par jour, depuis plus de 25 ans. Inspiré par ses cinq employés qui participaient au Défi J’arrête, j’y gagne! et par solidarité envers eux, il avait décidé d’écraser lui aussi, avec succès. Il a décidé de donner la moitié de son gain à la Fondation de la Maison Desjardins des soins palliatifs du KRTB.

Retour en 2018

L’entreprise a décidé de faire connaître le succès de son défi pour démontrer aux gens qui ne croyaient pas que l’argent était une source de motivation pour arrêter qu’ils se trompaient. La mesure sera de nouveau reconduite, «tant qu’il y aura des fumeurs», indique Martin Ouellet. Deux fumeurs, dont un qui avait tenté le défi en 2017, ont accepté d’y participer jusqu’à présent.

Dans la même catégorie