/regional/montreal/montreal

Neige

Les chutes à l'égout en renfort des sites d'entassement

Sarah Daoust-Braun

 - Agence QMI

PHILIPPE-OLIVIER CONTANT/AGENCE QMI

Alors que de nombreux sites de dépôt à neige sont presque remplis, Montréal utilise ses 16 chutes à l’égout pour disposer de la neige tombée mercredi.

Les chutes à l’égout permettent de verser la neige dans un puits qui se rend ensuite dans une station d’épuration avant de se retrouver dans le fleuve.

Théoriquement, on pourrait y mettre une quantité illimitée de neige, mais enlever toute la neige serait beaucoup plus long puisqu'elle serait éliminée plus lentement qu'avec les sites de dépôt à neige.

La ville devra peut-être se résigner à utiliser bientôt seulement les chutes à l’égout puisque sept des 12 sites sont remplis à 80 % et l'un a même été fermé puisqu’il est plein.

«Heureusement qu’on a nos 16 chutes à égout, mais s’il fallait faire le reste de l’hiver seulement avec celles-ci puisque les dépôts à neige sont pleins, les citoyens devraient être très patients parce que ça retarderait les opérations», a précisé Philippe Sabourin, porte-parole de la Ville en matière de déneigement, lors de la visite du «24 Heures» au site de chutes à l’égout Fullum, situé dans l’arrondissement Ville-Marie.

Site plein

Les sites extérieurs débordent à l’heure actuelle puisque la neige a dû être entassée là-bas en priorité en raison des températures très froides enregistrées en janvier. Le débit d’eau des chutes à l’égout n’était pas assez élevé pour décharger davantage de neige et les puits auraient été bloqués.

Jusqu’à présent, Montréal a ramassé autant de neige que dans un hiver normal. Mais on prévoit encore quelques autres tempêtes, ce qui pourrait compliquer la situation.

Depuis 2015, Montréal peut compter sur un nouveau système intelligent SIT-Neige qui permet de connaître en temps réel la quantité de neige entassée dans les sites de dépôt.

Décret automatique

La mairesse Valérie Plante souhaiterait que Montréal obtienne un «décret automatique» pour ouvrir un site de dépôt de neige temporaire lorsque ses autres sites sont au maximum de leur capacité.

«On ne serait pas obligés de demander à chaque fois à Québec si on peut ouvrir un site», a-t-elle indiqué mercredi lors d’un point de presse, en disant s'attendre à recevoir deux ou trois nouvelles tempêtes de neige.

La semaine dernière, la Ville a fait parvenir au ministère de l’Environnement une demande d’autorisation pour utiliser le terrain de l’ancien hippodrome et un terrain adjacent au site d’entassement d’Angrignon. Le ministère a confirmé avoir reçu la demande et y répondra «dans les meilleurs délais», sans fournir de date précise.

C’est la première fois depuis 2008 que la métropole ne sait plus où mettre sa neige.

Dans la même catégorie