/finance/homepage

Acquisition de Jean Coutu

L’ancien propriétaire d’Adonis donne ses conseils à Metro

TVA Nouvelles

L'ancien propriétaire des marchés Adonis accepte pour la première fois de parler de la vente de son entreprise, conclue l'an dernier. Il en profite pour donner quelques conseils à Metro, qui s'apprête à devenir officiellement propriétaire de Jean Coutu.

Georges Ghrayeb savoure ses premiers mois à la retraite, lui qui a cofondé les marchés Adonis en 1979.

«On a le grand cœur lorsqu'on voit que la croissance est là pour la compagnie», dit-il.

En 2011, il cédait 55% des actions de son entreprise à l'épicier Metro. Et l'an dernier, il a vendu la totalité de la compagnie pour environ 400 millions de dollars.

«Au début, on était un peu inquiet; une grosse compagnie, ils vont imposer leur loi, se souvient-il. Ça, c'était un point inquiétant.»

Si Adonis continue de croître, c'est que Metro lui a toujours laissé son indépendance.

«Metro n'est jamais intervenue au niveau des opérations, et ça, ça a donné un très bon élan pour nous, affirme M. Ghrayeb. Ça nous a beaucoup rassurés et puis il n'y a pas eu de changement au niveau de l'opération.»

Son équipe de direction et ses fournisseurs sont demeurés intacts après la fusion.

Le géant de l'épicerie prépare désormais un autre mariage ce printemps, avec Jean Coutu. En coulisse, Metro fignole sa stratégie. Et la question se pose: laissera-t-elle autant de liberté à la chaîne de pharmacie?

«Est-ce qu'on veut vraiment protéger et conserver la direction en place pour ce qu'elle sait très bien faire ou est-ce qu'on veut vraiment miser plus sur la standardisation?» demande Kevin J. Johnson, professeur adjoint au Département de management à HEC Montréal.

Si le modèle de Jean Coutu venait à changer drastiquement, des spécialistes estiment que l'impact pourrait nuire à sa croissance.

«Il demeure qu'il y a des gens qui fabriquaient de la valeur, il y a des gens qui avaient une culture, et en soi, il y a des forces là-dedans et il faut prendre le temps de les observer», ajoute M. Johnson.

Metro s'improvisera-t-elle pharmacien ou gardera-t-elle les dirigeants de Jean Coutu en poste? Georges Ghrayeb se permet un conseil.

«Avec Jean Coutu, c'est un point très important pour garder la relève, qu'elle vienne de l'intérieur et de ne pas imposer quelqu'un de l'extérieur», indique-t-il.

Dans la même catégorie