/regional/montreal/montreal

Réseau express métropolitain

Le projet du REM: plus cher que prévu et une station en moins

Matthieu Payen | Agence QMI

Le projet de Réseau express métropolitain (REM) coûtera un peu plus cher que prévu et perd au passage l'une de ses 27 stations.

Au total, le projet est évalué à 6,3 milliards de dollars, soit un peu plus que les 6 milliards prévus au départ.

L'investissement supplémentaire sera entièrement assumé par la Caisse de dépôt et placement du Québec. Les gouvernements provincial et fédéral n'auront pas à contribuer davantage.

La Caisse admet qu’elle a dû reporter à plusieurs reprises le choix des consortiums, en raison des coûts proposés par les soumissionnaires, qui n’étaient «pas acceptables».La Caisse a annoncé jeudi matin le nom des consortiums à qui sont accordés les deux contrats de construction du futur train léger qui reliera le centre-ville de Montréal à la Rive-Sud, la Rive-Nord, l’aéroport et l’ouest de l’île.

SNC-Lavalin est le grand gagnant de ces appels d’offres puisque la firme de génie québécoise contribuera à la fois à la partie infrastructure et à la partie matérielle roulant du projet. Les firmes Pomerleau, EBC, Dragados, Aecon et Aecom, ainsi que le constructeur de trains français Alstom, font également partie des consortiums gagnants.

Soixante-cinq pour cent du contenu du projet est québécois. C’est donc un échec pour Bombardier Transport.

La Caisse a toutefois dû supprimer du parcours l'une de ses 27 stations, située au-dessus de l'A13, près du parc régional du Bois-de-Liesse.

La Caisse a également annoncé qu’elle avait modifié le parcours du train entre le pont Champlain et le centre-ville. Le tunnel qui devait passer sous le secteur de Pointe-Saint-Charles est remplacé par un tracé aérien empruntant un corridor ferroviaire du CN.

Une solution plus économique et moins complexe techniquement qui évitera notamment la fermeture permanente de la rue Ottawa dans Griffintown.

D'autre part, la station qui devait être bâtie sous le bassin Peel sera relocalisée entre les quartiers Griffintown et Pointe-Saint-Charles en concertation avec la Ville de Montréal.

La mise en chantier commencera comme prévu en avril 2018 et devrait permettre la mise en service d’une des trois lignes du train à compter de l’été 2021.

Dans la même catégorie