/finance/homepage

Transports

Un monorail Québec-Montréal? Bombardier n'ose pas se prononcer

François Cormier | TVA Nouvelles

Alors que Philippe Couillard vante le potentiel de Bombardier Transport pour la construction de monorails, l'entreprise n'ose pas se prononcer quant à savoir si un tel moyen de transport peut effectuer la liaison entre Québec et Montréal.

Bombardier préfère indiquer qu'il faut d'abord déterminer les besoins pour ensuite établir le moyen de transport à choisir.

Cette semaine, le premier ministre a répété qu'il avait «rencontré, en Chine, des gens de chez Bombardier Transport qui fabriquent des monorails à travers le monde». S'il est vrai que Bombardier construit des monorails, aucune ligne récente ne dépasse les 35 kilomètres.

Wuhu (Chine): deux lignes de 30,3 km et 16,5 km

Bangkok (Thaïlande): deux lignes de 34,5 km et 30,4 km

Ryad (Arabie Saoudite): 3,6 km

Sao Paulo (Brésil): 24 km

Il est donc impossible de savoir si l'idée d'un monorail entre Québec et Montréal est réalisable.

Des projets à l’étude depuis plusieurs années

Au Québec, quelques groupes planchent sur des systèmes de monorails à grande vitesse entre Québec, Montréal et plusieurs autres villes de la province.

TrensQuébec et Coop MGV s'inspirent tous deux d'une technologie idéalisée par le physicien Pierre Couture. Dr Couture est d'ailleurs toujours à l'emploi d'Hydro-Québec.

Il s'agit d'un système aérien (sur poutres) dont les voitures sont extrêmement légères et pouvant aller à une très grande vitesse.

«Nous sommes très contents que Philippe Couillard propose une vision nouvelle», indique Serge Gauthier, de Coop MGV. «Il faut faire des études. Ça coûte peut-être 1 ou 2 millions. On va leur montrer que c'est beau et que ce n'est pas coûteux», poursuit-il.

Le chef libéral a déjà indiqué que la mobilité fera partie de l'un des thèmes forts de la campagne électorale.

Dans la même catégorie