/regional/estduquebec/cotenord

Basse-Côte-Nord

La présence de constables spéciaux accrue dans les cours itinérantes

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Le syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec a reçu l’assurance du ministère de la Sécurité publiques que deux agents plutôt qu’un accompagneront désormais les juges, procureurs et le personnel qui se rendent dans les communautés isolées du Nord et de la Basse-Côte-Nord.

La Côte-Nord est parsemée de petites communautés isolées. Pour assurer des services judiciaires sur tout le territoire, neuf cours itinérantes ont été mises en place. Les audiences se déroulent dans des sous-sols d’église, dans des salles communautaires, des hôtels de ville, et même dans un hôtel et un aréna.

Depuis peu, deux constables spéciaux assurent désormais la sécurité dans ces salles de cour temporaires. Le syndicat des constables spéciaux en avait fait la demande avant les événements du palais de justice de Maniwaki.

«Avant le temps des Fêtes, on a eu une entente avec l’employeur comme quoi dorénavant, sur la Cour itinérante, il y aura deux constables partout où le tribunal va se déplacer dans le Grand Nord. Ce n’est pas lié aux événements récents. Depuis un certain temps, on avait amorcé des négociations avec l’employeur. On considère que deux constables sur place, n’est pas de trop», indique Franck Perales, président du syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec.

L’avocat de la défense Bernard Lynch a vu les conditions de la Cour itinérante s’améliorer au fil des ans. La présence de deux constables spéciaux en tout temps est la bienvenue.

«Vaut mieux être prudent. On va dans des communautés où il y a beaucoup d’armes à feu. On ne se le cachera pas, en région, il y a des chasseurs, des trappeurs. C’est important de faire la justice dans un certain décorum et en toute sécurité.»

Ceux qui interviennent auprès des victimes d’actes criminels saluent aussi la décision.

«Souvent, l'accusé vient exactement du même milieu, de la petite communauté où se tient la cour itinérante, explique la directrice du Centre d'aide aux victimes d'actes criminels de la Côte-Nord, Isabelle Fortin. Le fait d'avoir plus de sécurité, permet que la cour soit tenue dans un milieu plus serein.»

Dans la même catégorie