/news/law

Enquête préliminaire

Policier accusé d’homicide: le syndicat soutient l’agent Gilbert

Michaël Nguyen

 - Agence QMI

Le policier accusé d’avoir tué un résident de Montréal-Nord il y a deux ans a pu compter sur le soutien de collègues au début de son enquête préliminaire lundi.

«Nous sommes ici en guise de support, personne ne souhaite la mort d’un homme, particulièrement pas nos policiers », a dit le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francœur, au palais de justice de Montréal.

Christian Gilbert, 48 ans, subit depuis lundi matin son enquête préliminaire pour le décès de Bony Jean-Pierre, survenu lors d’une frappe policière le 31 mars 2016. À la suite d’une enquête, le policier Gilbert a été accusé d’homicide involontaire.

«Il faut se rappeler que c’était une intervention qualifiée à risque, auprès de gangs de rue du groupe des Bloods [Rouges]», a souligné M. Francœur lors d’un court point de presse.

La preuve présentée à la cour lundi est toutefois frappée d’un interdit de publication, comme c’est régulièrement le cas lors d’une enquête préliminaire. À la fin de cette étape, prévue pour durer toute la semaine, le juge devra déterminer si la preuve de la Couronne justifie la tenue d’un procès.

250 000 $

À la suite du décès, une manifestation s’était tenue à Montréal-Nord, qui a ultimement dégénéré en émeute. La famille de M. Jean-Pierre a, quant à elle, intenté une poursuite civile de 250 000 $ contre la Ville de Montréal, pour toute la souffrance qu’elle affirme vivre.

Depuis qu’il a été accusé, le policier Gilbert a été placé en «travail administratif», a expliqué M. Francœur.

Dans la même catégorie