/news/society

Outil pédagogique

Apprendre avec les jeux vidéo

Nadia Lemieux | Agence QMI

 - Agence QMI

Jouer à «Assassin’s Creed» pour mieux retenir les apprentissages en classe. Cette idée insolite pourrait s’avérer avantageuse, alors qu’une étude établit l’efficacité des jeux vidéo comme outil pédagogique.

La populaire franchise «Assassin’s Creed», conçue par l’entreprise Ubisoft, lancera le 22 février le mode «Discovery Tour», dans lequel les joueurs pourront faire des visites audioguidées de 75 lieux de l’Égypte antique.

Ce mode éducatif, bien qu’il soit d’abord adressé aux joueurs, pourrait être utilisé dans les classes d’écoles secondaires, comme complément d’information aux cours d’histoire.

Un «outil puissant»

Le chercheur en didactique à l’Université de Montréal, Marc-André Éthier, étudie présentement le jeu vidéo comme moyen de faciliter la rétention de l’information et de l’apprentissage chez les élèves.

Il conclut provisoirement que le jeu vidéo est un «outil complémentaire puissant» dans la salle de classe.

Après avoir réalisé une série de tests sur 360 élèves dans neuf écoles secondaires, il note qu’une session de jeu vidéo seule ne permet pas aux élèves de retenir plus d’information qu’un cours normal. Mais, explique-t-il, «avec un cours bien structuré et quelqu’un qui connait bien sa matière, le jeu vidéo est un atout supplémentaire.»

Ruoning Wong, en troisième secondaire au collège Jean-de-Brébeuf, reconnaît que bien que le jeu était «très le fun», elle ne se passerait pas d’un professeur. «Avec le jeu vidéo, tu peux visualiser la place, comment c’était, mais un professeur va plus t’expliquer tu pourras lui poser des questions», a fait remarquer l'élève.

Contenu historique

La franchise «Assassin’s Creed» est déjà bien connue pour son contenu historique. «À chaque fois qu’on crée un jeu, on le fait avec la participation d’historiens, de consultants, de spécialistes des périodes visitées, pour nous aider à recréer le plus fidèlement possible ces mondes perdus», a expliqué le directeur créatif du jeu, Jean Guesdon.

La mission du jeu, a-t-il ajouté, a toujours été de rendre l’histoire accessible au plus grand nombre. Le mode «Discovery Tour», dépourvu de combats et de narratifs, a donc exclusivement comme but d’éduquer le joueur.

Le contenu historique a été rédigé par des égyptologues et des historiens. «On a réussi à atteindre ce niveau où on a des tours guidés qui sont informatifs, tout en étant intéressants pour n’importe qui. Parce que ce n’est pas seulement pour les élèves du secondaire, c’est pour tout le monde», a précisé l’historien de la franchise, Maxime Durand.