/news/culture

Du 12 au 16 février 2019

«Don Juan» en version symphonique

Yan Lauzon | Agence QMI

Sans costumes ni mise en scène, mais avec le talent de plusieurs membres de la distribution originale et des musiciens de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), l'oeuvre «Don Juan» aura droit, l'an prochain, à une toute nouvelle lecture à temps pour la Saint-Valentin.

Pendant quatre soirs, du 12 au 16 février 2019 à la Maison symphonique, on fêtera les 15 ans du spectacle créé par Félix Gray avec une adaptation de Simon Leclerc.

Après des centaines de représentations, il s'agira de retrouvailles pour des artistes tels que Mario Pelchat, Cindy Daniel, Cassiopée et le couple formé de Jean-François Breau et Marie-Ève Janvier, aussi connus sous les noms de Don Juan et Maria.

«¨Don Juan¨, c'est plus grand que nature pour nous, s'enthousiasme Marie-Ève Janvier. Ça représente énormément de choses: un début de carrière, la rencontre d'un public, la rencontre d'un amoureux...»

Elle et son homme reprendront donc des succès comme «Changer» et «Seulement l'amour», mais portés par la musique classique. «Ça va être spécial de replonger dans ces chansons qu'on connaît par coeur», avoue-t-elle.

La puissance des textes

Comme l'enrobage distinctif de «Don Juan» laissera place à une version dépouillée, Simon Leclerc souligne l'importance et la force des mots de Félix Gray.

«Quand on fait des relectures, une des choses qui ressortent le plus c'est la façon dont on reçoit le texte des chansons, explique-t-il. Quand on adapte la chanson populaire en version symphonique, très souvent les gens sont surpris à quel point ils écoutent les paroles différemment.»

Bien qu'elle met aussi l'emphase sur les écrits de l'oeuvre, Marie-Ève Janvier croit qu'il restera un certain côté théâtral chez les chanteurs.

«Pour avoir expérimenté la chose l'année dernière avec l'OSM, il faut qu'il y en ait un peu. Je pense qu'on va sentir le personnage. On va être dans l'intensité de la chanson et des paroles.»

Aller «ailleurs»

S'il ignore encore quelle orchestration il utilisera, Simon Leclerc évalue déjà entre 75 et 90 le nombre de musiciens de l'OSM qui participeront au projet.

Il aura besoin de six à huit semaines de «travail à temps plein» pour offrir sa version d'une oeuvre, aussi populaire soit-elle, qu'il n'a jamais vue.

«C'est peut-être une bonne chose parce que comme ça, je ne serai pas trop influencé par le spectacle original. Je vais vraiment pouvoir emmener ça ailleurs», dit-il.

Les billets pour le spectacle «Don Juan symphonique» seront mis en vente dès jeudi en ligne (evenko.ca et osm.ca).