/news/law

Accident en septembre 2015

«Le vrai perdant dans cette tragédie-là, c’est mon fils»

TVA Nouvelles

Un homme dont le fils a été grièvement blessé lors d’un accident survenu il y a plus de deux ans assiste ces jours-ci au procès de l’automobiliste jugé en lien avec cette affaire.

Le 26 septembre 2015, Kevin Gratton a été grièvement blessé après que le véhicule dans lequel il prenait place eut été heurté par celui conduit par Philip Hargrave à l’angle des routes 340 et 201 à Saint-Clet, en Montérégie.

Vingt-huit mois plus tard, Hargrave subit actuellement son procès au palais de justice de Valleyfield. Comme Kevin Gratton est aujourd’hui hébergé en CHSLD dans un état végétatif, son père assiste aux procédures judiciaires pour représenter son fils.

«Il faut suivre ça, parce qu’on représente notre fils», a confié Stéphane Gratton en entrevue à l’émission Le 9 heures, sur les ondes de LCN.

Jusqu'à maintenant, le tribunal a notamment entendu le témoignage des policiers arrivés en premier sur les lieux, de même que la version de témoins de l’accident.

«On reste encore dans l’incompréhension du geste qui est arrivé. Ils disent que c’est un accident, mais moi je ne calcule pas ça comme un accident. C’est un geste délibéré de rentrer dans une zone de 50 au-dessus de 100 km/h», estime M. Gratton qui se dit «exténué» par la longueur des procédures.

Kevin, lui, est toujours en vie, mais son quotidien a changé de façon draconienne.

«Il ouvre les yeux, il réagit aux sons, mais de là à savoir s’il comprend, s’il nous reconnaît, s’il déchiffre l’information quand on lui parle, on a aucune réponse à ça», explique son père.

Quant à l’accusé Philip Hargrave, il ne semble avoir «aucun remord», selon Stéphane Gratton.

«Malheureusement, même s’il avait la peine la plus sévère qui peut exister, le vrai perdant dans cette tragédie-là, c’est Kevin. Kevin ne gagnera rien, il va rester dans le même état», conclut son père.