/news/politics

Respect des droits

Autochtones: le fédéral appelé à aller au-delà des grands discours

Agence QMI

Archives, AGENCE QMI

Le fédéral a fait connaître mercredi son nouveau cadre pour placer le respect des droits au cœur de ses relations avec les autochtones. Annoncées en grande pompe, les «belles promesses» du gouvernement Trudeau ont été accueillies avec prudence.

«Je sais qu’ils sont capables dire les bons mots, de faire des belles promesses, mais j’ose espérer que cette fois-ci c’est vrai», a confié le député néodémocrate de l’Abitibi, Roméo Saganash, faisant remarquer que les libéraux ont déjà eu plus de deux ans pour agir.

Le membre de la nation crie s’est désolé du fait que les peuples autochtones ont déjà connu 150 ans de promesses brisées au sein du pays. «Nous n’accepterons pas ça pour un autre 150 ans», a-t-il martelé en Chambre.

Le premier ministre du Canada a reconnu que plusieurs gouvernements avaient déjà manqué à leurs engagements dans le passé, ce qui a permis aux problèmes de racisme, d’éducation et de pauvreté de perdurer.

«Les peuples autochtones, comme tous les Canadiens, savent que ça doit changer. Nous le savons aussi», a indiqué le premier ministre Justin Trudeau dans un discours aux Communes mercredi.

Nouvelle approche

Le gouvernement souhaite mettre en place d’ici les prochaines élections un cadre pour réformer l’ensemble de ses relations avec les autochtones.

Cela passera entre autres par une meilleure reconnaissance des gouvernements autochtones et une application des droits prévus par l’article 35 de la Constitution.

«Certains s’inquiètent peut-être que cette approche ambitieuse nécessitera une réouverture de la Constitution. Ce n’est pas vrai», a assuré Justin Trudeau.

À terme, le cadre vise la reconnaissance pleine et entière des droits autochtones. Il sera élaboré d’ici la fin de l’année au cours de consultations avec les peuples autochtones, ainsi qu’avec les élus et les membres de la société civile.

«Le temps des discours est terminé»

Si l’opposition officielle a qualifié de «louable» les intentions fédérales, elle maintient que le plan doit se traduire par une amélioration concrète de la qualité de vie des autochtones. «Ce gouvernement libéral a énormément de difficulté à tenir les nobles engagements qu’il prend», a critiqué la porte-parole conservatrice en matière d’affaires autochtones Cathy McLeod.

Les conservateurs auraient notamment souhaité que le gouvernement prévoie dans son cadre de réconciliation un aspect économique, qui aiderait les communautés autochtones à atteindre la prospérité et à participer à la richesse du pays.

«Au niveau des principes, nous sommes tout à fait d’accord avec la déclaration du gouvernement. Mais bien sûr, nous attendrons d’en voir la réalisation avant d'applaudir», a pour sa part déclaré la députée bloquiste Marilène Gill, soulignant que «le temps des discours est terminé».