/news/culture

Centre Phi à Montréal

Des rencontres avec l’Autre dans un musée virtuel

Frédéric T. Muckle | Agence QMI

COURTOISIE

Une installation de réalité virtuelle donne l’opportunité de rencontrer des combattants de différents conflits armés en face à face.

«Ennemi» est une expérience qui mélange photos, entrevues et technologie virtuelle conçue par le photojournaliste et correspondant de guerre Karim Ben Khelifa et présentée jusqu’au 10 mars au Centre Phi à Montréal.

Pour le journaliste ayant notamment travaillé pour les magazines «Time» et «Vanity Fair», ce projet utilisant la fine pointe de la technologie est une façon de faire du journalisme autrement.

«En tant que journaliste, je voulais essayer d’avoir un impact sur le terrain et à un moment, je me suis rendu compte que je n’y arrivais pas», a expliqué M. Ben Khelifa qui a visité plus de 80 pays au cours de sa carrière.

«Quand j’ai découvert la réalité virtuelle, je me suis demandé qu’est-ce qui arriverait pour le journalisme si on faisait sortir la personne de la photo, si on l’a mettait dans la pièce et si elle vous parlait», a continué le journaliste sur ce qui a inspiré ce projet ayant visité Boston, Tel-Aviv et Paris avant d’être présenté pour la première fois au Canada.

Unique en son genre

«Ce que j’entends de beaucoup d’utilisateurs, c’est le sentiment d’avoir fait une rencontre, a souligné M. Ben Khelifa. Je n’ai jamais entendu quelqu’un me parler d’un sentiment de rencontre quand il regardait un documentaire à la télévision.»

Avec ces tête-à-tête virtuels, le créateur espère faire voir l’Autre différemment, que ce soit un soldat adverse ou simplement une personne pour laquelle nous avons certains stéréotypes.

«Pour en arriver [à s’entretuer], il faut qu’il y ait un procédé de déshumanisation qui est basé sur l’histoire de l’Autre [...] et certains faits et choses qui se déroulent réellement, a expliqué Karim Ben Khelifa. Mon intention n’est pas de dire qui a raison et qui a tort, mais plutôt de reconsidérer ce rapport à l’Autre.»

Durant l’expérience de 50 minutes, l’utilisateur se retrouve devant des combattants ennemis qui font partie du conflit israélo-palestinien, de la guerre civile en République démocratique du Congo ou des guerres de gangs au Salvador.

En plus de l’installation, une application mobile conçue à Montréal en partie par l’ONF est disponible gratuitement pour les gens voulant essayer l’expérience à la maison.

Il est conseillé de réserver des billets d’avance pour l’installation, car seulement cinq personnes par heure peuvent l’essayer.