/regional/quebec/quebec

Harnois Groupe pétrolier

La première station d’hydrogène sera à Québec

 Robert Plouffe - Bureau d’enquête

La première station-service d’hydrogène financée par des deniers publics ouvrira ses portes à Québec et c’est une entreprise québécoise, Harnois Groupe pétrolier (HGP), qui est derrière le projet.

Notre Bureau d’enquête a appris que cette station servira entre autres à alimenter les 50 voitures Mirai de Toyota attendues cet automne dans le cadre du projet pilote soutenu par Transition énergétique Québec (TEQ).

Le groupe Harnois a identifié la station-service Esso, située sur le boulevard Hamel tout près des viaducs des autoroutes Henri-IV et Félix-Leclerc, pour accueillir la nouvelle borne à hydrogène.

Ressources naturelles Canada vient de bonifier de façon substantielle sa subvention à ce projet la faisant passer de 850 000 $ à 1 M$.

Ce montant est d’ailleurs deux fois plus élevé que les 460 000 $ réservés aux bornes électriques par Ottawa.

Production sur place ?

L’entreprise ontarienne Hydrogenics corporation incorporated a obtenu le contrat pour l’installation de la station de ravitaillement de Québec.

« Il y a plusieurs scénarios sur la table. Il se peut qu’il y ait production d’hydrogène sur place ou du stockage avec du ravitaillement. La décision n’est pas arrêtée », nous a confié la porte-parole du groupe Harnois, Élisabeth Karam.

TEQ ne cache pas sa préférence pour la fabrication de l’hydrogène à même la station-service, ce qui pourrait signifier une facture de plus de 4 M$.

Sans vouloir préciser le montant de l’aide gouvernementale apportée à ce projet, Mme Gélinas soutient que TEQ peut subventionner jusqu’à 50 % du coût des installations. Additionné à l’aide fédérale, jusqu’à 75 % du coût du projet pourrait provenir de fonds publics.

Hydrogène propre

« On a une prémisse de base qui est une condition non négociable. Il faut que l’hydrogène soit produit à partir d’énergie propre. [Si l’hydrogène est] transporté, c’est moins propre et ça ne nous intéresse pas », déclare la présidente de TEQ.

Cette première station servira d’abord au déploiement des Toyota, mais risque d’intéresser d’autres fabricants.

« Notre engagement de départ c’est une station à Québec. Dépendamment de l’intérêt, on va passer à une deuxième phase qui sera une station à Montréal assurément, mais on ne sait pas quand », avance Mme Gélinas.


 

 

Dans la même catégorie