/sports/homepage

Sports Illustrated

Les photos en maillot de bain d'Eugénie Bouchard font jaser

TVA Nouvelles

La nouvelle apparition de la Montréalaise Eugénie Bouchard dans les pages de l’édition maillots de bain du magazine Sports Illustrated, dévoilé mardi, relance la question de l’équilibre entre les performances sportives et le marketing de l’athlète.

Rares sont les Québécois qui n’ont pas vu l’une de ces photos de «Genie» posant sur une plage paradisiaque, arborant un maillot qui laisse peu de place à l’imagination. C’est la deuxième année consécutive que la joueuse de tennis se prête au jeu avec SI, une manœuvre marketing qui pourrait lui permettre d’engranger un joli cachet.

«Ce n’est pas la première à faire ça. Il y a eu Lindsey Vonn (ski alpin) et Serena Williams (tennis) aussi, par exemple. Quand tu es un ou une athlète de haut niveau et que tu as le “package” total, pourquoi ne pas le faire? Surtout qu’elle aime ça», note le spécialiste en marketing sportif Paul Wilson.

Anna Kournikova, prise 2?

Eugénie Bouchard n’est plus l’ombre d’elle-même sur les terrains de tennis depuis sa spectaculaire montée en puissance qui l’avait révélée au monde entier en 2014, année au cours de laquelle elle s’était notamment inclinée en finale du prestigieux tournoi de Wimbledon. Classée 5e raquette mondiale vers la fin 2014, la Québécoise pointe aujourd’hui au 116e rang mondial, ce qui pousse plusieurs amateurs à se demander si «Genie» détient toujours la notoriété pour prendre la pose de la sorte.

«C’est certain qu’elle doit maintenir un certain niveau si elle veut continuer à se vendre de cette manière-là, convient M. Wilson. Anna Kournikova a fait la même chose au début des années 2000. C’est une fille qui n’a jamais vraiment percé, qui a arrêté de jouer début vingtaine, mais qui a quand même accumulé des gains totaux de 50 M$ en revenus hors tennis.»

Mark O'Neill/Toronto Sun

Ce dernier admet que les cachets obtenus à l'extérieur des courts de tennis pourraient rapporter gros à la Québécoise à long terme, mais encore faut-il qu'elle persévère dans son sport. «Si elle arrêtait le tennis aujourd'hui, c'est certain qu'elle perdrait un peu de son attrait.»

Des réactions partagées

Eugénie Bouchard est-elle allée trop loin en acceptant de prendre la pose pour le magazine Sports Illustrated? La jeune sportive québécoise nuit-elle à l'image du sport chez les jeunes amatrices?

Selon Caroline Delisle, une ancienne joueuse professionnelle et maintenant entraîneuse, la carrière d'Eugénie n'est pas attribuable seulement qu'à son talent. La beauté de la joueuse de tennis y est pour beaucoup.

«C'est sûr que ça peut aider, elle va chercher des commanditaires et c'est ce que ça prend pour maintenir une bonne carrière. Ce n’est pas nécessaire d'être un mannequin pour être une joueuse de tennis non plus, mais c'est certain que ça aide d'être belle», souligne l'entraîneuse du Club de tennis intérieur de Saguenay.

D’autres estiment que l'image qu'Eugénie Bouchard montre aux jeunes athlètes n'est pas adéquate.

«Ce n'est pas nécessaire de se rendre jusque-là pour trouver des commanditaires, il y en a plein d'autres qui ne font pas ça et réussissent quand même», explique un jeune joueur qui trouve qu'Eugénie Bouchard va trop loin et qu'elle ne donne pas l'exemple aux jeunes filles qui l'idolâtrent.

Une chose est certaine, qu'ils soient d'accord ou non avec ce genre de photos, les amateurs de tennis trouvent que la Québécoise exploite et assume son côté «sexy» à sa juste valeur.

Dans la même catégorie