/news/politics

Parti conservateur de l'Ontario

Patrick Brown dénonce un «assassinat politique»

Agence QMI

L'ancien chef du Parti conservateur de l'Ontario, Patrick Brown, qui fait face à des allégations d'agressions sexuelles, a dénoncé ce qu'il appelle un «assassinat politique» mercredi sur les ondes de Global News.

À la fin janvier, deux femmes ont affirmé, en entrevue avec CTV News, qui le politicien les aurait agressées alors qu'il été député à Ottawa. Patrick Brown dément ces allégations.

«Ç'a été horrible, comme être frappé par une voiture. Tu es en état de choc. Je ne peux pas dire jusqu'à quel point l'impact émotionnel a été difficile pour moi, ma famille, mes amis, d'être calomnié à la télévision nationale par des mensonges», a confié M. Brown à Global News, lors de sa première entrevue télévisée depuis sa démission, le 25 janvier.

Lors de l'entretien, le politicien a affirmé avoir eu besoin d'une semaine afin de retrouver l'énergie nécessaire pour s'opposer aux allégations.

Deux femmes anonymes qui se sont entretenues avec CTV News ont soutenu que Patrick Brown avait cherché à les agresser sexuellement. L'une d'elles a raconté que l'homme aurait laissé tomber son pantalon devant elle pour lui demander une fellation. Elle avait d'abord raconté qu'elle était mineure et au secondaire au moment des faits, avant de changer sa version de l'histoire mardi soir en affirmant finalement qu'elle avait 19 ans.

Outre ce changement, les deux femmes ont assuré que les événements qu'elles reprochent à Patrick Brown se sont bel et bien produits. CTV News a défendu son reportage, mardi soir, et a rapporté que le politicien s'était entouré d'une équipe pour tenter de laver sa réputation et de démonter les allégations des deux présumées victimes.

Patrick Brown s'est d'ailleurs attaqué à des détails des témoignages des deux femmes pour chercher à en démontrer la fausseté. Il soutient notamment que sa deuxième accusatrice, qui l'accuse d'avoir essayé de l'embrasser, aurait elle-même posé le geste de l'embrasser.

Le Parti conservateur de l'Ontario dominait les sondages au moment de la démission de Patrick Brown, à quelques mois des élections provinciales de juin prochain. Le parti se choisira un nouveau chef en mars. Caroline Mulroney, la fille de l'ancien premier ministre Brian Mulroney, Doug Ford, le frère de l'ancien maire de Toronto Rob Ford et Christine Elliot, la veuve de l'ancien ministre des Finances Jim Flaherty, sont présentement dans la course.

Dans la même catégorie