/regional/saguenay

Sommet au manoir Richelieu en juin

Transport au G7: les compagnies québécoises risquent de passer leur tour

Jean Houle | TVA Nouvelles

Le sommet du G7 risque de se retrouver avec un problème de transport qui s'annonce difficile à régler. Le contrat proposé par l'organisation décourage les transporteurs à proposer leurs services.

L'appel d'offres, qui prend fin mardi prochain, réclame des véhicules allant du transport adapté aux autocars de 52 à 56 places. La période couverte est de 3 mois. Uniquement pour la GRC et le personnel du Sommet les organisateurs prévoient de 200 à 300 véhicules par jour sur la route.

«Il n'y a aucun transporteur au Québec qui a autant de véhicules. Et même si on l'avait, on a des contrats déjà réglés depuis 6 mois à 1 an avec notre clientèle régulière», a expliqué Stéphane Lefebvre, d'Autocar Jeannois d'Alma, qui est aussi vice-président de la Fédération des Transporteurs du Québec par autobus.

Les transporteurs reculent devant ces exigences de l'organisation du G7. La tenue du Sommet coïncide avec une période déjà achalandée pour les transporteurs nolisés. Le G7 réunira les grands dirigeants du monde du 7 au 9 juin au manoir Richelieu, à Charlevoix.

«J'aime mieux me concentrer sur notre clientèle à nous que d'essayer de faire un gros coup avec un Sommet qui n'arrivera qu'une fois», a expliqué Hugo Gilbert, d'Intercar.

Même s'ils se regroupaient, les transporteurs québécois pourraient difficilement suffire à la demande. Il faudrait un centre de répartition indépendant, monopolisant du personnel, sans garantie de profit.

«C'est très risqué financièrement, a dit Stéphane Lefebvre d'Autocar Jeannois. Les trois quarts du contrat devront être confiés à des sous-traitants, sans être certains de la marge de profit qui peut être dégagée.»

Hugo Gilbert estime de son côté que «même en s'associant avec des transporteurs ontariens ou américains, la réalité fait que le contrat serait difficile à réaliser».

La Fédération verrait d'un meilleur oeil que l'organisation du Sommet créé son propre comité de gestion, chargé de réserver lui-même les véhicules auprès des transporteurs.

Dans la même catégorie