/news/world

Longtemps interdite en Arabie saoudite

Un dignitaire religieux saoudien ne voit rien de mal dans la Saint-Valentin

Agence France-Presse

Fête de la Saint-Valentin sucrée

PHILETDOM - stock.adobe.com

La Saint-Valentin, longtemps interdite dans l'Arabie saoudite ultraconservatrice, peut désormais être considérée comme un «événement social positif», a estimé mercredi un important dignitaire religieux saoudien.

Célébrer la fête des amoureux, pourquoi pas en offrant des fleurs, n'offense en rien les bonnes moeurs ou la charia (loi islamique), a jugé Ahmed Qassim al-Ghamdi, ancien chef de la police religieuse dans la ville sainte de La Mecque.

«C'est un acte de bienveillance que de s'échanger des voeux à l'occasion de fêtes occidentales (...), y compris la Saint-Valentin», a dit ce dignitaire à la télévision Al-Arabiya.

Mercredi, jour de la Saint-Valentin, les fleuristes de certaines villes saoudiennes, comme Jeddah, vendaient ouvertement des roses rouges ou des souvenirs à l'effigie de la fête des amoureux, sans être inquiétés par la police religieuse.

On peut même offrir «des roses rouges, tant que c'est à des personnes pacifiques qui n'ont pas d'animosité ou ne sont pas en guerre avec les musulmans», a-t-il ajouté.

Un tel commentaire, de la part d'un religieux saoudien, aurait été inconcevable il y a encore deux ans, lorsque la police religieuse était encore la gardienne musclée de la ségrégation des sexes et l'arbitre omniprésent de la moralité.

Mais dernièrement, le royaume saoudien a initié une série de réformes tendant à un islam plus modéré, dont l'une a retiré aux policiers religieux leur pouvoir de police.

Le nouvel homme fort du pays, le prince héritier Mohammed ben Salmane, 32 ans, mène une vaste politique de libéralisation de la société saoudienne, qu'il a promis de ramener à un islam «ouvert et modéré».