/finance/homepage

Proposition de la CAQ

Accueillir moins d’immigrants serait une mauvaise idée, dit le CPQ

Pascal Dugas Bourdon

 - Agence QMI

GEN-MIGRANTS-FRONTIERE-CANADA

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Accueillir 10 000 immigrants de moins par année, tel que le propose la Coalition avenir Québec, serait «une mauvaise nouvelle» pour les employeurs du Québec, soutient le Conseil du patronat du Québec (CPQ).

«Notre besoin immense en matière de main d’œuvre fait en sorte que l’immigration ne fait pas partie du problème, mais de la solution», a expliqué le directeur général du CPQ, Yves-Thomas Dorval, en entrevue à l’Agence QMI.

La Coalition avenir Québec promet de diminuer les seuils d’immigration au Québec de 50 000 à 40 000 dans le but de mieux accompagner les nouveaux arrivants, notamment pour s’assurer d’une meilleure francisation. Même si le CPQ «comprend les objectifs de la CAQ», il ne voit pas en quoi accueillir un nombre plus élevé d’immigrants empêche de bien les intégrer au marché du travail.

«Actuellement, la cible du gouvernement est de 50 000. La CAQ viserait moins, alors que toutes les associations d’employeurs en demandent davantage que le 50 000», a expliqué M. Dorval.

En plus d’accueillir plus d’immigrants, le gouvernement devrait s’assurer qu’ils correspondent au besoin du Québec, soutient M. Dorval.

Il ne s’agit donc pas d’accueillir les travailleurs les plus instruits, mais plutôt de s’assurer qu’ils comblent les besoins, peu importe le niveau d’études.

Au moment d’écrire ces lignes, la Coalition avenir Québec n’avait pas encore réagi.

En décembre dernier, le premier ministre Philippe Couillard avait estimé que le Québec devrait pourvoir 1 375 000 emplois entre 2015 et 2024, ce qui, selon lui, fait de la pénurie de main-d’œuvre «le principal défi» économique de la province.