/news/world

Notre envoyé spécial sur place

«Je suis chanceux d’avoir survécu», raconte un élève

TVA Nouvelles

Un jeune de 17 ans qui a échappé de peu au massacre dans une école secondaire de Parkland, en Floride, a raconté à notre envoyé spécial de TVA Nouvelles, Maxime Landry, comment il a vécu ce drame.

Tout a commencé quand le tireur a déclenché l’alarme d’incendie de l’école.

«Nous avons commencé à marcher parce que nous avions déjà eu un exercice d’incendie plus tôt dans la journée, raconte David Hogg. Alors que nous sortions, il y avait une foule de gens qui revenaient en courant vers nous en criant : "Reculez! Reculez! Allez dans une autre direction!" Alors j’ai commencé à courir avec eux.»

À LIRE ÉGALEMENT

Trump évite le sujet des armes après la tuerie en Floride

Le suspect face à 17 accusations de meurtre prémédité

Tuerie en Floride: le FBI aurait été alerté il y a 5 mois

«C’est la consternation»

Mort en tentant de sauver des élèves

Mais il s’est vite rendu compte qu’il se dirigeait tout droit vers le tireur.

«Dieu merci, il y avait un concierge juste là, poursuit-il. Il nous a dit : "Arrêtez et allez là". Et au moment où il a dit ça, chef Kurth [une enseignante qui enseigne la cuisine] a commencé à ouvrir sa porte à faire entrer autant d’élèves qu’elle pouvait dans sa classe. Je pense qu’il y en a au moins 30 qui sont rentrés, sinon plus, en 30 secondes maximum.»

Le survivant dit être très reconnaissant envers ces deux membres du personnel.

«Ce sont de vrais héros pour avoir posé ce geste, dit-il. Je pense que c’est un exemple qui montre bien comment une décision instantanée peut sauver la vie de plusieurs personnes».

Lors de la tragédie, il a décidé de sortir son téléphone cellulaire pour filmer les scènes de panique. Il dit l’avoir fait pour une raison très précise.

«Je suis chanceux d’avoir survécu à ceci, explique David Hogg. La raison pour laquelle j’ai enregistré ces vidéos, c’est que je ne savais pas si j’allais survivre. Je savais toutefois que si ces vidéos pourraient subsister et raconter ce qui s’est passé.»

Plusieurs témoignages

Même si les autobus n'ont pas bougé aujourd'hui à Parkland, les élèves du Stoneman Douglas High School tenaient à revenir autour de leur école pour raconter l'horreur qui s'est passée derrière ces murs.

Tyra a survécu hier, mais pas son ami.

«Il aurait été diplômé dans trois mois, raconte-t-elle. Il n'aura jamais son diplôme d'études secondaires.»

Dans la même catégorie