/regional/estduquebec/cotenord

Sept-Îles

Des précautions avec l’eau potable dans le secteur Clarke

TVA Nouvelles

Quelque 150 résidents du secteur Clarke à Sept-Îles ont été invités à prendre des précautions concernant la présence dans l’eau potable de trihalométhanes, une substance chimique se forme quand le chlore utilisé pour désinfecter l’eau réagit avec les matières organiques naturelles.

Les taux de ce composé seraient plus élevés que la norme. La direction de la Santé publique se fait toutefois rassurante.

«On dépasse la norme, mais pas de façon significative. La norme est à 80 microgrammes par litre et (les taux relevés sont) dans les environs de 90 à 100», a indiqué le directeur général de la Ville de Sept-Îles, Patrick Gwilliam.

L’absorption de trihalométhanes peut avoir des conséquences sur la santé, notamment pour les grossesses et certains types de cancer.

«C’est surtout le cancer de la vessie (dont on parle)», explique Éric Gauthier, conseiller en santé environnementale, CSSS de la Côte-Nord.

«Ce sont des études animales qui ont démontré ça. Les études faites en santé humaine ne permettent pas d’établir hors de tout doute que c’est une substance impliquée dans ce cancer-là.»

L’eau du réseau d’aqueduc du secteur Clark peut être bue, mais la Santé publique suggère toutefois de la filtrer ou de la laisser décanter avant consommation. Une bonne aération de la salle de bain pendant une douche serait aussi une précaution à prendre.

La Ville de Sept-Îles et d’autres municipalités de la Côte-Nord aux prises avec cette problématique procèdent actuellement à une analyse pour faire des modifications à leur procédé de traitement de l’eau pour diminuer le taux de trihalométhanes.