/news/society

Hausse plus importante chez les garçons

Diplomation record au Québec

Daphné Dion-Viens | Agence QMI

Pour la première fois, le taux de diplomation des élèves québécois a franchi la barre des 80 %, a appris «Le Journal de Québec». La hausse est même quatre fois plus importante chez les garçons, qui sont plus nombreux à terminer leur secondaire.

Selon les plus récents chiffres du ministère de l’Éducation, la proportion d’élèves qui ont décroché un diplôme ou une qualification sept ans après leur entrée au secondaire est maintenant de 80,1 %, comparé à 78,8 % l’an dernier, un chiffre qui est en constante progression depuis huit ans.

Avec cette hausse, Québec devance de deux ans sa cible qui était d’atteindre un taux de diplomation et de qualification de 80 % en 2020. Ce chiffre comprend l’obtention des diplômes d’études secondaires, des diplômes d’études professionnelles et d’une dizaine de qualifications. Or, cette année, la hausse est entièrement attribuable à l’obtention du diplôme d’études secondaires, qui est passée de 72,7 % à 74,0 %. Québec veut désormais faire passer ce chiffre à 85 % d’ici 2030. «L’aiguille bouge dans le bon sens», lance Égide Royer, professeur en adaptation scolaire à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval.

Plus de diplômes pour Les garçons

M. Royer a toutefois été beaucoup plus étonné de constater que ce sont les garçons qui sont responsables de cette augmentation. Le taux de diplomation chez les filles est passé de 83,9 % à 84,4 % en un an, alors que dans les rangs des garçons, il est passé de 73,8 % à 75,8 %. «C’est une belle surprise. Il se passe quelque chose», lance-t-il. L’écart était tellement grand selon le sexe qu’il était plus facile de gagner du terrain auprès des garçons, précise cet expert. Selon l’analyse réalisée par le ministère de l’Éducation, l’écart entre les sexes «diminue de façon significative pour la première fois» depuis cinq ans.

De son côté, Michel Perron, professeur associé à l’Université du Québec à Chicoutimi et expert en matière de décrochage scolaire, estime que cette «excellente nouvelle» s’explique par les efforts combinés de tous les intervenants qui œuvrent auprès des jeunes. M. Perron y voit un lien direct avec la mobilisation mise en place il y a une dizaine d’années lorsqu’a été créé le Groupe d’action sur la persévérance scolaire, qui mise sur la contribution de plusieurs acteurs de la société civile pour lutter contre le décrochage scolaire.

«On commence à mesurer les effets de cette mobilisation, en espérant qu’il n’y aura pas de recul par la suite», ajoute Michel Perron. Ce dernier demeure «très prudent» pour les années à venir, considérant les compressions qui ont été imposées au réseau scolaire au cours des dernières années. «Ce n’est pas gagné d’avance pour les cohortes qui vont suivre», lance-t-il.

Taux de diplomation à la hausse*

Taux global de diplomation:

De 78,8 % à 80,1 %

+1,3 %

Taux de diplomation des filles:

De 83,9 % à 84,4 %

+0,5 %

Taux de diplomation des garçons:

De 73,8 % à 75,8 %

+2 %

* Il s’agit des cohortes qui ont été suivies en 2014-2015 et en 2015-2016, soit les plus récents chiffres disponibles au ministère de l’Éducation.

Dans la même catégorie