/regional/montreal/monteregie

Châteauguay

La grippe fait déborder les urgences

TVA Nouvelles

Les autorités de la Montérégie mettent en place des mesures spéciales pour faire face à la hausse importante du nombre de cas de grippe.

Dès samedi, une clinique dédiée uniquement au virus de la grippe ouvrira ses portes au GMF de Châteauguay.

Plus du tiers des patients actuellement alités aux urgences d'Anna-Laberge ont des symptômes de la grippe.

L’un d’entre eux, Pierre Saint-Jean, peut quitter les urgences de l'hôpital Anna-Laberge en compagnie de son épouse, 24 heures après y avoir été admis. Sa civière ne restera pas libre longtemps: aussitôt nettoyée, elle est attribuée à un autre patient.

Il faut dire que le taux d'occupation atteint 248%. «On est à 57 patients sur une capacité de 23 civières au permis», souligne Marc-André Massé, chef de l’urgence à l’hôpital Anna-Laberge.

Personnes âgées

Les patients qui sont alités sont la plupart du temps des personnes âgées. Ils demeurent à l’urgence en moyenne 17 heures avant de partir ou avoir accès à un des 208 lits sur les étages.

«Je suis venue il y a trois semaines à l'hôpital. Je faisais une pneumonie, une grosse pneumonie. J'ai failli mourir. Ma deuxième visite à l'hôpital», raconte une patiente, Dolorès Paré

Pour aider à désengorger, les autorités ont ouvert en début de semaine une unité de débordement comptant huit lits dans le sous-sol de l'hôpital. «Ça sert finalement à ce que ces patients-là ne soient pas dans les corridors des urgences. Il y a des lieux un peu plus appropriés pour eux», précise M. Massé.

Il s’agit la plupart du temps de cas très lourds. «Moi, j'ai glissé sur la glace. Je suis tombée, puis j'ai le côté gauche qui a de la difficulté, beaucoup de douleur, témoigne une autre patiente, Micheline Perron. On me fait passer des radios pour voir s'il y a pas quelque chose de brisé.»

Jusqu'à 40 personnes à la fois doivent attendre dans la salle d'attente pour voir un médecin. «Des fois, on va dans les 10 heures, 12 heures, peut-être des fois plus, convient M. Massé. C'est du cas par cas tous les jours.»

Il est recommandé à ceux qui le peuvent de se rendre à la superclinique de Delson ou dans des groupes de médecine familiale, où le temps d'attente sera moins long.

-D’après un reportage d’Harold Gagné

Dans la même catégorie