/regional/montreal/montreal

Fin de l’arrêt obligatoire pour les vélos?

«Seulement 35% des automobilistes font leur ''stop''»

TVA Nouvelles

Vélo Québec se réjouit des demandes de la Ville de Montréal quant aux modifications demandées à Québec pour faciliter les déplacements à vélo.

À LIRE ÉGALEMENT :

Le ministre André Fortin refuse de relancer le débat sur le virage à droite au feu rouge

Cinq mesures pour aider les cyclistes montréalais

Bientôt la fin de l'arrêt obligatoire à vélo à Montréal?

Mercredi, la Ville de Montréal déposait son mémoire à Québec concernant ses demandes dans la révision de la Code de la sécurité routière. Parmi les demandes visant à protéger les personnes vulnérables, l’administration de Valérie Plante souhaite que l’arrêt obligatoire devienne un «cédez le passage» pour les vélos. Les cyclistes pourraient également avoir l’opportunité de tourner à droit à un feu rouge.

En entrevue à Mario Dumont, Suzanne Lareault présidente de Vélo-Québec, considère que les demandes faites par la Ville vont dans la bonne direction.

«Un Code de la sécurité routière ça sert à protéger les usagers de la route, mais il peut y avoir des mesures qui peuvent favoriser les déplacements», explique Mme Lareault.

Elle donne l’exemple des voies réservées pour les autobus, dont le but est de faciliter les déplacements en ville et d’avantager les personnes qui se déplacent en transports en commun.

Selon elle, il faut avantager les cyclistes par rapport aux automobilistes.

«Une voiture c’est un véhicule qui est gros, qui a une masse, une vitesse importante, et qui cause des accidents. C’est la voiture qui cause la mortalité sur les routes dans 99% des cas. Ce sont des faits», précise la présidente de Vélo Québec.

La demande de Montréal proposant de laisser les cyclistes céder le passage à un arrêt obligatoire, a fait bondir les automobilistes. Selon Suzanne Lareault, si bien des cyclistes ne font pas cet arrêt, les automobilistes non plus.

«Savez-vous combien d’automobilistes font leur arrêt correctement selon le Code de la sécurité routière? 35% selon les études de la SAAQ. Le Code dit qu’il faut avoir un arrêt complet, et seulement 35% des automobilistes font leur ‘’stop’’», donne en exemple Mme Lareault.

Vélo Québec ne considère toutefois pas que les cyclistes devraient passer outre l’arrêt obligatoire, mais plutôt le percevoir comme un ‘’cédez le passage’’.

«On a ralenti, on regarde. Si on n’est pas prioritaire à l’intersection, on laisse passer le piéton, l’autre cycliste, ou l’automobiliste qui veut croiser le chemin», explique Mme Lareault.

Si le partage de la route demeure extrêmement difficile pour les cyclistes et les automobilistes, qui vivent chacun sur leur planète, Mme Lareault souligne que les mesures proposées par Montréal sont inspirées des innovations qui fonctionnent ailleurs dans le monde.

«On regarde les mesures d’adaptation pour permettre aux cyclistes d’avoir moins d’arrêts. Parce qu’on sait que l’arrêt à vélo est ce qu’il y a le plus couteux en termes d’énergie humaine», conclut la PDG de Vélo Québec.

 

 

  

 

Dans la même catégorie