/regional/estduquebec/basstlaurent

Prolifération du sébaste

La crevette nordique en déclin dans le Saint-Laurent

Alexandre Cantin

 - Agence QMI

La crevette nordique vit un déclin dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

La présence accrue du sébaste est la cause de la diminution des stocks. Cette situation se répercutera sur les quotas accordés aux pêcheurs qui seront en forte baisse cette année.

Les scientifiques et les pêcheurs observent depuis quelques années une diminution du crustacé, tellement qu’un comité consultatif a recommandé une baisse importante des prélèvements pour la saison 2018. La situation se fait particulièrement sentir dans la zone de l’estuaire avec une baisse de 74 % et dans la zone de Sept-Îles avec une baisse de 60 %.

La décision finale sur la baisse des quotas sera prise au cours des prochaines semaines par Pêches et Océans Canada. Les pêcheurs prévoient des impacts financiers importants même si la diminution est moins grande que ce que recommande le comité consultatif.

«On s’attendait à avoir une coupure, mais pas autant que ça, explique le pêcheur de Sept-Îles, Jean-Pierre Element. On pensait à une baisse de 20 % comme l’an passé. Au pire, 30 %. Mais là, autour de 40 %, ça fait mal.»

La pêche commerciale n’est aucunement liée à cette diminution des crevettes nordiques dans le Saint-Laurent. Le coupable, c’est le sébaste, un prédateur de la crevette. Ce poisson, qui n’est pratiquement plus pêché depuis 25 ans, revient en force. Il est actuellement 30 fois plus abondant qu’au début des années 2010. Cette recrudescence du sébaste est probablement liée au réchauffement des eaux du Saint-Laurent.

Puisque le sébaste vit très longtemps, jusqu’à 50 ans, il faut prévoir un déclin de la population de crevettes au cours des prochaines années. Les pêcheurs souhaitent de meilleurs prix pour minimiser l’impact des baisses.

«On espère que les prix seront à la hausse. Un peu. Ça ne compensera pas les coupures. On espère.»

Si la pêche aux crevettes risque de vivre des années difficiles, la pêche au sébaste, elle, est promise à un brillant avenir.