/regional/montreal/montreal

SPVM

Balles de plastique: les Montréalais seront consultés

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

L’administration de Valérie Plante reconnaît que l’utilisation des balles de plastique par les policiers du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) est «préoccupante» et organisera au printemps une consultation publique sur la question.

«On reconnait que ça touche trop souvent les personnes racisées, autochtones, en situation d’itinérance ou avec des problèmes de santé mentale», a indiqué la responsable de la sécurité publique Nathalie Goulet lors de la période de questions des citoyens au conseil municipal.

L’administration souhaite réviser l’utilisation des armes dites intermédiaires et de létalité réduite, comme les armes à impulsion électrique (Taser) et les grenades assourdissantes, ainsi la formation des policiers qui en font usage.

Projet Montréal a promis en campagne électorale d’interdire l’utilisation des balles de plastique.

En juin 2017, Pierre Coriolan est mort après avoir été atteint par des balles de plastique, mais aussi par des décharges électriques et possiblement par de vraies balles, lors d’une intervention policière. Sa famille poursuit actuellement la Ville de Montréal.