/regional/troisrivieres/mauricie

Mauricie

Huit cadres d'un CIUSSS gagnent plus que le premier ministre

Agence QMI

Huit hauts fonctionnaires du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont gagné, au cours de l’année 2016, plus d’argent que le premier ministre Philippe Couillard, a appris TVA Nouvelles grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

Sans surprise, le président-directeur général du CIUSSS, Martin Beaumont, est le plus haut salarié du centre intégré avec une rémunération annuelle de 274 112 $. En comparaison, le premier ministre Philippe Couillard a eu droit à des indemnités de base et additionnelle de 192 345 $ en 2017.

Des chiffres obtenus en fin de journée mardi montrent que M. Beaumont a obtenu une augmentation d'environ 25 000 $, ce qui porte son salaire légèrement au-dessus de la barre des 300 000 $.

Quant à un ex-directeur des services professionnels, qui est aujourd'hui à la retraite, il avait touché 232 490 $ en 2016. Une directrice générale adjointe, a, pour sa part, reçu 223 000 $, en incluant ses bonus.

Le directeur des services professionnels et hospitaliers a obtenu une rétribution de 230 141 $, tandis que l'ex-directrice de la santé publique a touché un salaire totalisant 203 189 $.

Au total, le salaire des huit plus hauts salariés du CIUSSS totalisait 1,75 million $ en 2016.

Cette masse salariale devrait toutefois être plus faible en 2017, alors que des postes ont été abolis et que des directeurs travaillent maintenant à temps partiel, a précisé le CIUSSS.

«C'est scandaleux de voir ce qui se passe là. [...] Moi, j'invite M. Beaumont et les hauts salariés du CIUSSS à être raisonnables et à faire comme certains médecins en disant "on va baisser notre salaire, on va donner des primes, pour enfin avoir des services adéquats pour la population», a dénoncé Claude Audy, vice-président régional à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

Le représentant syndical a d'ailleurs dénoncé que la direction du CIUSSS eut envoyé une lettre aux médecins dans laquelle elle s'inquiète des coûts «faramineux» des congés maladies des employés.

«Il nous manque 300 préposés. Si on compte ça à 30 000 $ par année, ça fait 9 millions $. Là, on dépense 36 millions $ pour soigner le monde qui est malade. Ces gens-là ne seraient pas malades si on investissait ou si on avait le personnel adéquat», a avancé M. Audy.

Par ailleurs, le CIUSSS a envoyé une lettre aux représentants syndicaux faisant état d'une nouvelle politique de relations de presse. Il semblerait que ceux-ci devront demander l’autorisation de la direction avant de s'adresser aux médias.

«S'ils veulent imposer la loi du silence, ils vont nous trouver leur chemin. On va continuer à faire ce que l'on fait et à dénoncer», a réagi Claude Audy.

- D'après un reportage de Jonathan Roberge

Dans la même catégorie